- PUBLICITÉ -
COVID-19, sports d'équipe, reprise des activités, soccer, Armando Melo, Sainte-Thérèse, Blainville, Laurentides

C’est à Blainville que la Fédération de soccer du Québec a «testé» cette nouvelle façon de jouer au soccer sans contact.

Des milliers de jeunes de retour sur les terrains de soccer

Reprise des sports d’équipe

Depuis le 8 juin, la vie sportive a repris alors qu’il est permis de pratiquer des sports d’équipes extérieurs, en autant de respecter la distance de deux mètres entre les personnes. Directeur technique de Soccer Laurentides, Armando Melo, s’est réjoui de cette annonce.

La Fédération de soccer du Québec avait choisi les terrains de soccer de Blainville, la fin de semaine précédant l’annonce de Québec autorisant la reprise des activités, pour faire la démonstration de cette nouvelle façon de s’entraîner au soccer, sans contact. Comme tous ses homologues des autres régions de la province, Armando Melo était évidemment présent. Et bien que le sport se pratiquera différemment, a-t-il pu constater, les amateurs auront autant de plaisir.

«Ce que j’ai remarqué de positif chez ces jeunes de 11-12 ans, dit-il, c’est que la distanciation sociale, pour eux, c’est déjà acquis. J’ai joué le rôle d’Horacio pendant la séance. Et je m’attendais à faire de la discipline. Bien non. Ces enfants, ça fait trois mois qu’ils vivent cela. Ils sont prêts !»

Lavage des mains, bouteille d’eau personnelle, l’ensemble du protocole est respecté, assure le directeur technique de Soccer Laurentides, fier d’ajouter que d’autres fédérations sportives du Québec ont copié le modèle de reprise imaginé par la Fédération de soccer du Québec.

Une reprise en cinq phases

La phase un de cette reprise, laquelle nous traversons actuellement, consiste donc à permettre les entraînements extérieurs, sans opposition. Suivront ensuite les phases deux à cinq qui mèneront éventuellement au retour à la normale. Pour l’instant toutefois, on s’en tient à la directive de Québec.

«C’est certain qu’on ne pourrait pas passer tout l’été comme ça! Au moins, déjà, les jeunes peuvent s’entraîner ensemble et se faire des passes, en respectant le deux mètres», de dire Armando Melo avant d’expliquer que la phase trois consistera à permettre les matchs intra-clubs, dans une même MRC, tandis que la phase quatre, que l’on espère atteindre «d’ici la fin du mois», d’ajouter M. Melo, autorisera les parties intra-régions.

Engouement

L’été dernier, pas moins de 15 000 jeunes pratiquaient le soccer dans les Laurentides, ce qui confère à la région le 5e rang à ce chapitre au Québec. Cette année, en raison de la pandémie, le nombre d’inscriptions a beaucoup diminué.

«Quand la crise a débuté, vers le 12 mars, nous étions en plein dans le temps des inscriptions et tout d’un coup, tout s’est arrêté», lance Armando Melo, heureux de constater que l’annonce de la reprise des activités a eu un effet positif sur le nombre d’inscriptions.

«Nous vivons un réel engouement. Tous les parents veulent que leurs enfants retournent sur le terrain. Il y avait une barrière, mais elle vient d’être levée !»

Quant aux joueurs élites, ils sont demeurés en contact avec leur entraîneur et ont poursuivi leur entraînement hors-terrain durant la pandémie.

Armando Melo

Connu dans les Basses-Laurentides comme conseiller municipal à Sainte-Thérèse, Armando Melo a fait carrière dans le monde du soccer, un sport qu’il pratique d’ailleurs encore aujourd’hui. À titre de directeur technique de Soccer Laurentides, il est notamment responsable de la formation de tous les entraîneurs de la région et de la sélection des équipes régionales, en plus de gérer le programme sport-études en soccer de l’école secondaire St-Gabriel et de la polyvalente de Saint-Jérôme.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top