- PUBLICITÉ -
Un jeu ardu et… rapide à compléter

Le jeu

Un jeu ardu et… rapide à compléter

Toki

Lisez la chronique techno de Sébastien Trottier. Cette semaine: le jeu Toki.

Les plus vieux d’entre vous se souviendront qu’on pouvait s’amuser à Toki dans les salles d’arcade, dans les années 1980. Il a été adapté sur de multiples consoles telles que Amiga, Atari ST, Commodore 64, Sega Genesis, Nintendo Entertainment System et Atari Lynx. On peut maintenant y jouer sur la Nintendo Switch (une exclusivité), en lui ayant offert une cure de rajeunissement.

Comme à l’époque, l’histoire demeure minimaliste. On personnifie Toki, un guerrier vivant au milieu de la jungle, en compagnie de sa femme Miho. Jusqu’au moment où le sorcier vaudou Vookimedlo, ainsi que l’ignoble démon Bashtar, la kidnappent et transforment son amoureux en chimpanzé! Ce dernier doit alors sauver sa dulcinée, et faire face à divers ennemis et obstacles.

Des graphismes à l’ancienne

Malgré sa lenteur à se déplacer, notre singe marche, saute, nage et grimpe. Il se défend contre ses agresseurs en crachant de petites boules de salive.

D’arriver à la fin et d’éviter les embûches n’étaient pas une mince affaire, et plusieurs se sont découragés. Cette caractéristique est toujours d’actualité. Dorénavant, inutile d’y insérer des pièces de monnaie. Un achat unique et on utilise le nombre de «vie» et de «continue» attitré au niveau de difficulté sélectionnée.

En dépit de son challenge corsé, allongeant sa durée de vie, le jeu se termine assez promptement, en traversant les six parcours originaux. C’est dommage que les développeurs n’en aient pas inclus de nouveaux.

Visuellement, j’ai été séduit par ses graphismes à l’ancienne, remis au goût du jour. C’est également, le cas pour son animation simpliste des personnages, sa musique, et son bruitage nous rappelant ceux d’autrefois.

Toki est un jeu qui mérite qu’on s’y attarde, même s’il est ardu et rapide à compléter. J’espère qu’il aura suffisamment de succès, de manière à ce que ses concepteurs proposent du contenu supplémentaire. Si c’est le cas, je croise les doigts afin qu’il puisse être téléchargé gratuitement.

Ma note: 7/10

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top