- PUBLICITÉ -
Des hommes et des vins

Des hommes et des vins

C'est le titre d'un volume sur les vins de Tavel et de Lirac, de grands vins du sud de la France, malheureusement méconnus ici parce qu'on n'en a pas beaucoup.

Je vous suggère deux produits dont vous devriez acheter plusieurs bouteilles pour les voir évoluer sur plusieurs années. Selon l’auteur, les vins de ces deux appellations étaient considérés parmi les meilleurs vins de France, il y a deux siècles. Avec la prolifération des pays producteurs, on les a oubliés, mais ils n’ont rien perdu du point de vue qualitatif.

Le volume est l’œuvre d’un journaliste suisse, Rolf Bichsel, qui est tombé amoureux de la région et de ses vins. Les bonnes adresses sur place complètent l’ouvrage pour vous permettre d’y passer une nuit. Un ouvrage de 156 pages, publié chez Féret, dans toutes les grandes librairies.

Les deux vins dont je vous parle sont un peu les cousins des Châteauneuf-du-Pape, mais à une fraction du prix. Le vin Tavel est un vin rouge à teinte légère, un assemblage de huit cépages dominé par le grenache noir. On le met à tort dans la catégorie des rosés. Il faut dire qu’il est le premier rosé de France, si on veut absolument le classer ainsi.

Le Domaine du Viel Aven 2010 Louis Roche peut vieillir. Il gagne en complexité, mais le fruit se fait plus discret sur les vieux millésimes. Un excellent vin, car si un cépage est moins réussi une année, on peut compenser avec les autres. Le panier aromatique envoûtant nous dévoile toute la région: fleurs, garrigue, fruits. Sec et minéral en bouche, sa finale est longue. On l’a dégusté un soir de froidure, avec des saucisses de sanglier maison avec pâtes et salade. Une aubaine à ce prix: 20,30 $.

Le village voisin est celui de Lirac, un cru historique de la France. La plupart des Tavellois y ont des vignes et l’on vinifie à Tavel. Les principaux cépages sont le grenache, le mourvèdre et la syrah, mais on peut en ajouter pour certains millésimes, puisque la législation le permet. Le Lirac Louis Roche rouge du grand millésime 2009 est un vin primé or à Paris, en 2010. Il mérite qu’on s’y attarde. Un bouquet complexe aux saveurs étoffées et affirmées. Il a besoin d’un peu de carafe, car il est encore jeune. Délicieux avec le porc: 18,35 $. Il faut le demander à votre conseiller, car il se fait trop rare.

Vins sans alcool

Il peut parfois arriver qu’on ne puisse pas boire du vin avec alcool, lorsqu’on prend certaines prescriptions. Évitez les vins des marchés d’alimentation, j’en ai dégusté quelques-uns qui ont tous terminé dans le lavabo. La SAQ en a deux intéressants, deux blancs. Le premier, un allemand, le Vi-No-Ze-Ro, est un vin typique du cépage muller-turgau, demi-sec. Il n’a pas fait l’unanimité, mais à 7,10 $, vous pouvez vous faire votre propre opinion. Le Bonne Nouvelle est un chardonnay de la région de Carcassonne qui offre un beau nez d’agrumes et une bonne acidité. Il est fruité et bien structuré. Tout y est, sauf l’alcool: 10,05 $. Il est parfois disponible en merlot pour le rouge. On en trouve dans le réseau du monopole.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top