- PUBLICITÉ -

anciennes publications

Le poète du quotidien

Le 7 novembre dernier, à l’église Sacré-Cœur, devant une salle comble résonnant d’applaudissements, s’amène sur scène un jeune homme aux airs d’adolescent un peu gauche. Mais lorsqu’il s’empare de sa guitare et qu’il y va des premières notes de Café Lézard, Vincent Vallières ressemble alors au véritable et talentueux auteur-compositeur-interprète qu’il est.

Les Filles d’Isabelle ont marché pour 12 045,15 $

Le 19 octobre dernier, le président du conseil de fabrique de la paroisse Sainte-Anne-des-Plaines, Jean-Guy Martin, annonçait la fermeture temporaire (du 15 novembre 2008 au 11 avril 2009) de l’église. Le déficit accumulé de la paroisse, quelque 200 000 $, combiné aux coûts de chauffage estimés pour la saison hivernale (environ 45 000 $), rendait impossible le maintien de l’église dans son état actuel.

Incursion chez des bouddhistes

Impossible de comprendre parfaitement leurs noms et prénoms respectifs. C’est pourquoi il leur a été recommandé de les écrire eux-mêmes sur un calepin. Agenouillés devant la représentante du journal, trois moines bouddhistes aux cheveux rasés, à la robe de couleur ocre, dont une épaule est dénudée, affichent un sourire invitant. Au centre, le plus âgé, VEN-M-Bounkeung-S. C’est le grand maître de l’endroit. À sa gauche, VEN-Soulit Panboon, et à sa droite, VEN-Worrswut Hardda.

- PUBLICITÉ -