- PUBLICITÉ -

anciennes publications

L’ombre et la lumière

L’éclairage est feutré et chaleureux. Sur la scène trônent un violon et un piano, une guitare est un peu en retrait. Prennent alors place aux instruments le pianiste Alain Sauvageau et la violoniste Josée Aidans, offrant une belle entrée en matière au concert Revu incorrigible de Claude Dubois. Dès que ce dernier pose le pied sur le plateau, les applaudissements et les cris fusent de partout, de la part d’un public déjà conquis, laissant présager une soirée riche en musique et en émotions.

Du Congo à Sainte-Thérèse-d’Avila

Que peuvent bien avoir en commun le Congo, en Afrique, et la Ville de Sainte-Thérèse? À première vue, peu de chose. Toutefois, malgré la distance entre les deux endroits, il existe un véritable lien, depuis l’arrivée du curé responsable de la paroisse Sainte-Thérèse-d’Avila, Victor-David Mbuyi Bipungu. «Je suis né en République démocratique du Congo. J’ai également fait mes études au Congo», dit-il, en se présentant.

Abandonnés dans l’océan pendant une heure et demie

Lorsqu’ils prennent place dans l’embarcation les menant vers l’île Tulum, au Mexique, pour un dîner sur la plage en compagnie des autres passagers, Soraya Alem et André Paquin, deux Blainvillois âgés de 28 et 39 ans, ne vont pas tarder à plonger dans l’horreur la plus totale.

Voulez-vous porter la flamme?

À quelques mois du commencement des Jeux olympiques de Vancouver de 2010, les maires et mairesses de Rosemère, Boisbriand, Bois-des-Filion, Lorraine, Sainte-Thérèse et Sainte-Anne-des-Plaines confirment à nouveau le passage de la flamme dans la MRC de Thérèse-De Blainville.

- PUBLICITÉ -

Les affranchis du deuil

«Nous marchons, de notre pas le plus incertain, vers ce que nous sommes de plus sûr.» Cette phrase magnifique, tirée du cahier de Marcia, reprise en chœur et à répétition par les membres de sa famille endeuillée, venait clore un fort joli spectacle en même temps que le séjour d’une autre famille, celle des finissants en interprétation de l’Option-Théâtre du collège Lionel-Groulx, à qui l’on avait confié les mots de Marcia Hesse, pièce de Fabrice Melquiot, avant qu’ils ne s’affranchissent à leur tour de leur alma mater et de leurs précepteurs.

De l’énergie à revendre

Le succès des soirées Mort de rire se poursuit, le cabaret de l’église Sacré-Cœur accueillant à chaque fois un nombre considérable de nouveaux adeptes et d’habitués. Ainsi, devant une salle plutôt bien remplie, se sont produits Simon Gouache et Dominic Deschênes avant de céder la place à la tête d’affiche, Stéphane Poirier.

Des animaux et des hommes

Les animaux font partie intégrante des contes depuis la nuit des temps. Doués de la parole ou de facultés magiques, ils viennent en aide aux humains, en illustrent les comportements pour que ceux-ci en tirent des leçons, ou alors se font les messagers de forces supérieures.

La beauté des choses que l’on perd

Reynald Robinson est un metteur en scène qui se laisse toujours guider par une sensibilité qu’on devine à fleur de peau. Amoureux de Tchekhov (l’Option-Théâtre lui avait d’ailleurs confié un vibrant spectacle, Chronique d’une fin d’après-midi, consacré à ce grand auteur, il y a quelques années), il dira qu’il aime savourer la joie d’entrer dans un univers pour ne jamais finir de le comprendre.

Histoires de pêche

L’Acadie déchirée par les conflits de pêcheurs et l’épuisement des ressources, les émeutes de Shippagan en 2003, le désespoir, l’appât du gain, l’appel de la mer… Voilà la trame de fond de la pièce Le filet de Marcel-Romain Thériault pour le Théâtre populaire d’Acadie et mise en scène par Michel Monty.

- PUBLICITÉ -