- PUBLICITÉ -

anciennes publications

La contribution des paysages et l’appartenance à un lieu

La contribution des paysages à l’identité régionale et au développement local devra être prise en considération si l’on souhaite créer une harmonie entre les divers milieux qui composent une collectivité. C’est du moins ce qui est ressorti de l’exposé de Josée Froment et de Chantal Ladouceur, architectes paysagistes, et animatrices d’un atelier sur la question de la contribution des paysages, présenté en marge du Colloque régional sur l’identité des Laurentides le 7 mai dernier.

20 artistes unissent leurs voix pour L’Autiste show

Avant de se lancer dans les grands festivals de la belle saison à venir, les résidants de la MRC de Thérèse-De Blainville et des environs sont invités à noter une date à leur agenda: le samedi 23 mai pour la nouvelle édition de L’Autiste show. Pour bien préparer l’arrivée de l’été, voici une occasion de danser et de bouger au rythme de la chanson d’ici.

Les Vagabonds ont 25 ans

Voilà déjà un quart de siècle que la troupe chorale Les Vagabonds divertit les Boisbriannais, mais aussi les amateurs de chanson et de danse de toutes les Basses-Laurentides. Or, voilà que son directeur musical, Stéphane Leroux, entend faire chanter et danser ses ouailles avec toute la ferveur musicale qu’on leur reconnaît, les 12 et 13 juin prochain, pour un grand concert anniversaire.

Marie Tifo: Bons débarras et beaux souvenirs

Le cinéma québécois a été célébré tout au long de la présente saison de Ciné-Groulx. En effet, le club cinématographique a ponctué sa programmation de chefs-d’œuvre de chez nous, nous faisant ainsi découvrir la richesse du septième art de la Belle Province. Mais si la série Hommage au cinéma québécois prenait fin jeudi dernier, une série Rencontre débutait simultanément. Alors qu’on projetait Les bons débarras, la comédienne Marie Tifo était présente dans la salle et disponible pour une entrevue menée par Frédéric Lapierre, hôte de la soirée.

Portraits, vague printanière

Sur le plancher des vaches, la chose pouvait donner l’impression de flots agités par le vent… sur la pelouse du collège Lionel-Groulx. Pour peu qu’on prenne de la hauteur, il était alors aisé de voir se dessiner les contours de visages humains, sur les bâches bleues installées par les 57 finissants du département d’arts plastiques, […]

- PUBLICITÉ -

Léonard

Des nombreux personnages qui défilent dans les cases des albums de bande dessinée, Léonard, son disciple Basile et son chat Raoul font très certainement partie de mes préférés. Et je ne suis pas le seul, puisque la série Léonard, du scénariste Bob de Groot et du dessinateur Turk, est en piste depuis 1977. Plus de 30 ans donc, et presque 40 albums. En fait, 39 pour être très précis, avec la parution de Loué soit le génie (Le Lombard) qui vient tout juste de paraître.

L’Émergence a un lieu

La formule du Grand Spectacle de l’Émergence a toujours été porteuse. C’est son lieu, le Théâtre Lionel-Groulx, qui ne convenait pas à ce concert collectif des meilleurs émules de Visionn’Arts.

Requiem et délivrance

C’est un concert unique que dirigera le chef Michel Brousseau, le 23 mai prochain, à l’église Sainte-Thérèse d’Avila, alors que l’Orchestre Philharmonique du Nouveau Monde et quelque 250 choristes entonneront le Requiem de Fauré ainsi que la Messe de la Délivrance, de Théodore Dubois.

Bulles à lire: Paul à Québec

Il y a dix ans déjà, en 1999, un nouveau personnage faisait son entrée dans le monde de la bande dessinée québécoise: Paul. Depuis, ce personnage a vite fait sa niche et est devenu un incontournable, pour ne pas dire presque une icône, au même titre que Tintin en Belgique ou Astérix en France. On y suit, au fil des albums de l’auteur et dessinateur Michel Rabagliati, les aléas de la vie de Paul, l’alter ego de son créateur, au fil des années, de l’adolescence jusqu’à l’âge adulte. C’est bien écrit, c’est bien dessiné, et toujours fort à propos. C’est ce qui explique pourquoi plusieurs des albums de la série Paul ont mérité une pléiade de prix au fil des années, treize en tout pour être très précis. Et qu’on en devient vite accro.

- PUBLICITÉ -