- PUBLICITÉ -

anciennes publications

Léonard

Des nombreux personnages qui défilent dans les cases des albums de bande dessinée, Léonard, son disciple Basile et son chat Raoul font très certainement partie de mes préférés. Et je ne suis pas le seul, puisque la série Léonard, du scénariste Bob de Groot et du dessinateur Turk, est en piste depuis 1977. Plus de 30 ans donc, et presque 40 albums. En fait, 39 pour être très précis, avec la parution de Loué soit le génie (Le Lombard) qui vient tout juste de paraître.

Bulles à lire: Paul à Québec

Il y a dix ans déjà, en 1999, un nouveau personnage faisait son entrée dans le monde de la bande dessinée québécoise: Paul. Depuis, ce personnage a vite fait sa niche et est devenu un incontournable, pour ne pas dire presque une icône, au même titre que Tintin en Belgique ou Astérix en France. On y suit, au fil des albums de l’auteur et dessinateur Michel Rabagliati, les aléas de la vie de Paul, l’alter ego de son créateur, au fil des années, de l’adolescence jusqu’à l’âge adulte. C’est bien écrit, c’est bien dessiné, et toujours fort à propos. C’est ce qui explique pourquoi plusieurs des albums de la série Paul ont mérité une pléiade de prix au fil des années, treize en tout pour être très précis. Et qu’on en devient vite accro.

Bulles à lire: La bande à Ti-Paul

Après le théâtre (Appelez-moi Stéphane, Les voisins, Broue, à titre de coauteur), le stand-up comic (Paul et Paul, Les lundis des Ha! Ha!), les séries télévisées (La petite vie) et le cinéma (Ding et Dong, le film, Le grand départ), voilà que l’humoriste Claude Meunier décide de se lancer dans la bande dessinée. On le sait, tout (ou presque) ce qu’a touché Claude Meunier a connu un grand succès et c’est sans aucun doute pourquoi Glénat Québec a décidé de publier l’album Ti-Paul et sa bande.

Bulles à lire: Le petit Spirou

Si vous connaissez Spirou, le grand, vous connaissez sans aucun doute l’autre Spirou, le petit. Dans un premier cas, vous le savez déjà, le grand Spirou a fait vivre aux amateurs de bandes dessinées de très nombreuses aventures à travers le monde, que ce soit en Afrique ou en Amérique du Sud, parfois même sous mer. Depuis 1938, Spirou, accompagné de ses compagnons que sont Fantasio, le petit écureuil Spip, le comte de Champignac ou encore le marsupilami, a donc une feuille de route assez impressionnante.

Le retour à la terre; la révolution

Il y a de ces petits plaisirs qui font, c’est le cas de le dire, toujours grandement plaisir. Faire la grasse matinée, lire son journal un dimanche matin dans son lit, boire un bon chocolat chaud, écouter un film mettant en vedette Peter Sellers, alias l’inspecteur Clousot. Et beaucoup d’autres, bien évidemment. À vous de compléter cette liste peu exhaustive. Il y en a aussi un tout nouveau depuis 2002, celui de lire un des albums de la série de bandes dessinées Le retour à la terre que signent joyeusement le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Manu Larcenet.

- PUBLICITÉ -

Les contes d’outre-tombe et Académie des chasseurs de primes

Ils sont petits, d’un format de 7 pouces sur 10 pouces, à l’image des fameux comic books américains, dotés d’une couverture cartonnée, et font partie d’une nouvelle collection de bandes dessinées, toute québécoise. Cette nouvelle collection, appelée Rotor, des éditions Les 400 coups, souhaite exploiter des genres aussi variés que l’aventure, le policier, la science-fiction […]

Bulles à lire

Bien avant que certains scénaristes et dessinateurs d’ici fassent leurs marques dans l’univers de la bande dessinée, on pense ici notamment à Delaf et Dubuc qui, avec le troisième titre de leur série Les Nombrils, se sont classés dans le «top 20» des meilleurs tirages de l’année 2008, deux bédéistes québécois, ayant pour noms Réal […]

Des tondeuses et des hommes

Fondée par Jacques Hurtubise, la revue humoristique Croc, publiée entre 1979 et 1995, a très certainement marqué le début de la bande dessinée professionnelle québécoise et donné à celle-ci, après bien évidemment le Capitaine Kébec, créé par Pierre Fournier, ses premiers véritables héros. On pense ici immédiatement à Michel Risque, Red Ketchup et Jérôme Bigras, sans oublier ces gags délirants signés par Gaboury. Dans le cas de Jérôme Bigras, personnage qui a apparu dans les pages de Croc en 1985, les amateurs de bande dessinée de l’époque ont fait connaissance avec le parfait banlieusard, épris de sa fidèle tondeuse à gazon prénommée Rex, vivant à Bungalopolis, une banlieue couverte de split-levels tous identiques.

Magasin Général – Confessions

Prévue initialement sur trois albums, la série Magasin Général, que signent Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, deux Français installés depuis quelques années à Montréal, se déroulera, pour notre plus grand bonheur il faut l’avouer, plutôt sur six albums. Car c’est qu’on s’y est attachés à ces habitants de Notre-Dame-des-Lacs, un village fictif québécois des années 1920. Après avoir fait connaissance avec les gens de ce village, entre autres Marie, la jeune veuve du magasin général, et Serge, ce «Français de France», installé chez Marie, les choses se sont légèrement corsées dans le troisième album alors que Serge a failli être chassé par les hommes du village, de retour des chantiers.

Le diable des sept mers

Hermann, de son vrai nom Hermann Huppen, est très certainement l’un des grands dessinateurs de sa génération. Il a signé, comme dessinateur, mais aussi comme scénariste dans certains cas, des séries devenues des classiques de la bande dessinée, les Bernard Prince, Comanche, Jeremiah et Les Tours de Bois-Maury, sans oublier, depuis 1991, plusieurs one-shots, c’est-à-dire des récits d’un seul ou deux albums. À ce titre, mentionnons seulement, en 1995, Sarajevo-Tango, un album engagé né de son indignation à propos du siège de Sarajevo.

- PUBLICITÉ -