- PUBLICITÉ -

Joëlle Desjardins

- PUBLICITÉ -

anciennes publications

Voyage au centre de la Terre

C’est avec curiosité que j’ai pris place à l’une des petites tables rondes aménageant la salle de l’église Sacré-Cœur, le 23 janvier dernier. En effet, je m’apprêtais à découvrir un univers nouveau pour moi, et mystérieux qui plus est, celui des mines de l’Abitibi. Grâce aux mots de la conteuse Renée Robitaille, j’allais être transportée sous terre, j’allais faire la connaissance de ces «hommes de pioche», qui chaque jour descendent dans la mine au péril de leur vie, pour en émerger le soir et envahir les tavernes…

Staccato: humour, intelligence et fantaisie

Un art clownesque proche de la tradition, des costumes simples s’apparentant aux haillons, un dispositif scénique épuré et versatile et des tonnes de créativité, voilà ce qu’avait à nous offrir le Théâtre de l’Aubergine en présentant son spectacle Staccato.

Théâtre: l’urgence de vivre

Après s’être donné pour mission de redorer le blason du théâtre en été, le Petit Théâtre DuNord fait sa première incursion dans le théâtre jeune public avec Les neuf ans fulgurants de Pierre-Henri Dumouchel, dont une lecture publique a été donnée à la bibliothèque de Boisbriand, le 17 janvier dernier, devant une vingtaine d’enfants.

Retour vers le futur

La saison hiver-printemps des Soirées branchées, à l’église Sacré-Cœur, a connu un départ sur les chapeaux de roues, avec le passage du trio The Lost Fingers.

Le coup d’envoi du temps des fêtes!

Stéphane Archambault nous l’a bien fait entendre, la joyeuse bande de Mes Aïeux était là pour lancer en grande pompe la saison des festivités de Noël! Ambiance conviviale, folklore contemporain et musique endiablée étaient au rendez-vous, alors que le groupe était de passage à Sainte-Thérèse, l’une des stations de sa tournée de la Ligne orange.

Le courage de rêver

Encore une fois, la salle de l’église Sacré-Cœur était remplie à pleine capacité pour accueillir un artiste incomparable. En effet, Richard Séguin y était de passage, samedi dernier, dans le cadre de sa tournée Lettres ouvertes, laquelle s’achevait le lendemain, après deux ans de spectacles.

Un vent de fraîcheur

La salle de l’église Sacré-Cœur était remplie à pleine capacité d’un public diversifié pour accueillir Alfa Rococo, un duo qui a le vent dans les voiles.

Kylian le grand: un acte d’amour

La scène est faiblement éclairée. Les danseurs s’y réchauffent devant nos yeux, pendant qu’un écran de projection nous montre un hommage au chorégraphe tchèque Jiri Kylian. Les témoignages y sont vibrants, chaleureux, admiratifs, le tout formant un préambule intéressant à cette représentation de Kylian le grand, présenté le 22 novembre dernier au Théâtre Lionel-Groulx.

Cabaret humoristique

C’était Soirée Mort de rire, le jeudi 13 novembre, et l’animateur René Forget, le magicien Vincent C et les humoristes Franky et Pascal Babin foulaient la scène de l’Église Sacré-Cœur, à l’invitation du Théâtre Lionel-Groulx.

- PUBLICITÉ -