- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Yvon Labrie ne dément pas et jette le blâme sur le climat malsain

Une rencontre à nos bureaux avait été convenue, c’est finalement par voie de communiqué qu’Yvon Labrie, candidat déchu cette semaine du parti Projet citoyen–Équipe Vincent Arseneau, a choisi de réagir aux allégations de financement illégal qui ont circulé la semaine dernière à son égard.

On se rappellera que des allégations à l’effet que la conjointe de M. Labrie aurait accepté, en 2009, le remboursement de sa contribution au parti municipal Vision Action Sainte-Thérèse, parti pour lequel son mari était alors candidat, ont été publiées la semaine dernière sur les médias sociaux, par le candidat indépendant à la mairie, Christian Charron. Soulignons que M. Charron a aussi agi à titre de chef de ce même parti, de mai 2011 jusqu’à sa dissolution, l’année suivante.

Or, ces allégations ont eu pour conséquence de précipiter la chute de M. Labrie puisque, quelques jours plus tard, le chef du parti Projet citoyen, de concert avec les membres de son équipe, rejetait sa candidature et lui retirait sa carte de membre.

De façon laconique, M. Labrie a ainsi résumé sa position: «En raison de certains faits qui seraient survenus en 2009, concernant le financement du parti Vision Action Sainte-Thérèse, je préfère mettre fin dès maintenant à mon parcours politique. Je ne serai donc pas candidat comme conseiller dans le district De Sève, le 3 novembre prochain

Dans le même communiqué, M. Labrie poursuit et constate qu’un «climat malsain s’est instauré au sein du milieu politique à Sainte-Thérèse, et ce, depuis les élections 2009, où la critique négative et les plaintes au Directeur général des élections, ainsi qu’au ministère des Affaires municipales du Québec, se sont multipliées sans aucun résultat

Il en profite également pour cibler Christian Charron, qu’il accuse de dénigrement à son égard dans le seul but, écrit-il, de miner son intégrité et obliger le parti Projet citoyen–Équipe Vincent Arseneau à se départir de ses services. «Les accusations portées ne sont que de la mesquinerie politique», ajoute-t-il, avec pour résultat le désabusement de la population à s’impliquer en politique municipale. «Ça explique pourquoi seulement le tiers des citoyens s’en occupent et votent lors des élections», croit-il.

M. Labrie termine en disant que dans un tel climat, «basé uniquement sur des attaques à mon intégrité, je ne peux servir la population adéquatement

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top