- PUBLICITÉ -
Vignoble d'Oka: quand un petit producteur décide de jouer dans la cour des grands

Michel Levac et Diane Normandin

Vignoble d’Oka: quand un petit producteur décide de jouer dans la cour des grands

Avec 8 500 vignes au sol et environ 6 000 bouteilles de vin rouge qui seront éventuellement produites après les vendanges de 2012, ainsi que des installations très modestes, le Vignoble d'Oka peut, certes, être qualifié d'entreprise artisanale. Mais cela n'empêche pas les propriétaires, Michel Levac et Diane Normandin, de jouer dans la cour des grands et de penser comme des grands.

C’est à tout le moins la manière de faire qu’ont choisie les deux propriétaires du plus jeune vignoble des Basses-Laurentides, eux qui ont planté leurs premières vignes il y a huit ans et sont en attente d’embouteiller leur quatrième vendange, celle de l’automne 2012. Celle-ci devrait se traduire par 6 000 bouteilles d’un vin rouge qui, déjà, ne laisse pas les connaisseurs indifférents. De fait, le Mystère Rouge est offert dans une trentaine de restaurants et hôtels réputés à travers le Québec, et il a remporté, en 2012, une double médaille d’or à la Finger Lakes International Wine Competition, un concours se déroulant dans l’État de New York et qui en était à sa 12e édition. C’était la toute première fois qu’un vin québécois se voyait décerner une double médaille d’or à cette compétition. Ce même vin sera disponible à partir du mois de mars en petite quantité dans certaines succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Pour Michel Levac et Diane Normandin, toute cette aventure viticole a débuté il y aura dix ans au mois d’août prochain avec l’acquisition d’une terre de 31 arpents à Oka, d’abord peuplée de pommiers. Mais, comme Oka et ses environs regorgent de pommiers, il a plutôt été décidé de les remplacer, à partir de 2005, par des vignes.

«Il s’agit d’une terre particulièrement propice puisqu’elle est située en pente, sur un coteau qui fait face au sud, ce qui favorise grandement l’ensoleillement des vignes, protégée d’un côté par le mont Bleu et de l’autre par une forêt», raconte Michel Levac, ajoutant que le sol est tout aussi propice aux vignes puisqu’il est rocheux, argileux, perméable, pauvre en calcaire, comme celui que l’on retrouve à Bordeaux, en France.

Pour élaborer son vin rouge, Michel Levac et l’œnologue Sébastien Dicaire ont choisi deux cépages rustiques, le Frontenac et le Sabrevois, plus robustes aux conditions hivernales québécoises. Après les vendanges, le vin repose à la fois dans des cuves en acier inoxydable, pour une partie de la récolte, et dans des barriques de chêne français et de chêne américain, pour l’autre partie. Un assemblage du tout permettra d’obtenir, au bout du compte, le vin souhaité.

En plus du Mystère rouge, également offert en format magnum, le Vignoble d’Oka produit aussi un vin de glace, le Mystère glacé, issu du cépage Frontenac, et un vin de fruits, le Rouge Berry, élaboré à partir de fraises et de framboises cultivées sur place.

Également, le Vignoble d’Oka s’est associé cette année au chocolatier Christophe Morel pour proposer un emballage-cadeau constitué d’une bouteille de Rouge Berry et d’une boîte de chocolats garnis d’une ganache du vin de fruits en question.

S’il y a des projets d’agrandissement des actuelles installations de production, cet été, et de construction d’un nouveau bâtiment principal, l’an prochain, Michel Levac, 52 ans, et Diane Normandin, 49 ans au moment de l’entrevue, souhaitent se limiter ultimement à un vignoble de 20 000 vignes et une production de quelque 40 000 bouteilles de vin rouge par année.

Il est à noter que le Vignoble d’Oka est ouvert au public sur rendez-vous seulement et que ses produits sont disponibles par l’entremise du site Web de l’entreprise, au [www.vignobleoka.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top