- PUBLICITÉ -

La mairesse de Rosemère, Madeleine Leduc

Eric Westram, conseiller municipal indépendant à Rosemère

Vente du Club de golf de Rosemère

La Ville tient à rassurer la population Mise au fait de la vente du Club de golf de Rosemère, la Ville de Rosemère, par le biais de sa mairesse, Madeleine Leduc, a tenu à rassurer la population: «tout projet futur de développement devrait respecter la volonté de la communauté».

Questionnée afin de recueillir ses commentaires, Madeleine Leduc a notamment rappelé que la vaste consultation publique menée l’automne dernier, auprès de quelque 1 100 citoyens, avait permis de conclure que «les citoyens de Rosemère considéraient cet espace vert comme une richesse pour la communauté».

«La Ville ne considérera pas de demande de changement de zonage qui va à l’encontre de la volonté clairement exprimée par les citoyens en novembre dernier. Ceux-ci souhaitaient que la planification du secteur s’inscrive en harmonie avec les valeurs de développement durable de la communauté et que le caractère champêtre de Rosemère soit préservé», a-t-elle indiqué avant d’ajouter que le zonage actuel sur la parcelle de terrain le long du boulevard Labelle permet la construction d’édifices à vocation résidentielle et commerciale de quatre étages et moins.

«Tout développement immobilier devra s’inscrire conformément à cette réglementation.»

La mairesse de Rosemère a par ailleurs indiqué que le reste du terrain de golf (la zone P-38) est zoné «usage public» et que, par conséquent, aucun autre usage ne peut s’exercer sans un changement de zonage, qui lui est assujetti à l’approbation des citoyens.

«Je suis déçu!»

Conseiller indépendant à la Ville de Rosemère, Eric Westram a accepté de se prononcer sur la vente du seul club de golf de la ville. Selon lui, il est clair que les intentions du nouveau promoteur seront d’y aménager un développement résidentiel.

«Il me semble clair, a-t-il dit, que personne ne mettrait 27 millions de dollars sur la table sans une assurance que la Ville de Rosemère acceptera un projet de cette magnitude. Le but est de développer l’ensemble de cet espace vert, qui représente 6 % de notre espace total, dans un court laps de temps. Je suis déçu!»

  1. Westram a ajouté que, à son avis, la question qui aurait dû être posée aux citoyens lors de la consultation publique de novembre est: «Désirez-vous du six-étages ou un développement complet du terrain?» au lieu de: «Désirez-vous un changement de zonage le long du boulevard Labelle, pour accorder des constructions de 6 étages au lieu de 4 étages, tel que le zonage actuel le permet?»

«Je trouve que Mme la Mairesse a induit la population en erreur, alors que la question posée n’était pas la bonne, mais qui finalement donnait à la mairesse la réponse qu’elle désirait», a insisté Eric Westram, qui aurait apprécié pouvoir discuter avec les actionnaires du club de golf de la vente, à la Ville, d’une partie du terrain ou de son intégralité.

«Mme la Mairesse va se défendre en disant que la Ville ne changera pas le zonage. Pour ceux qui ne connaissent pas l’expression “expropriation déguisée”, et bien la Ville ne pourra pas éternellement bloquer un développement sur un terrain privé et éventuellement ce merveilleux espace vert sera détruit. C’est le triste héritage qu’elle laissera de son passage. Vraiment dommage!»

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top