- PUBLICITÉ -
Une jonquille pour la vie: parce que le cancer tue

Ils vous offrent ces jonquilles en bouquet: Nancie Santori

Une jonquille pour la vie: parce que le cancer tue

Branle-bas de combat: c’est avec des fleurs qu’on fera la guerre au cancer, du 21 au 24 mars, à l’occasion des Journées de la jonquille. Celles-ci précèderont le Mois de la jonquille, en avril, cet élan de solidarité chapeauté depuis 1957 par la Société canadienne du cancer (SCC).

La réalité est parfois brutale et le cancer, ici au Québec, fait œuvre meurtrière toutes les 26 minutes, ce qui lui confère le tout premier rang parmi les causes de mortalité. En ce moment, une personne vient tout juste d’apprendre qu’elle en est atteinte. Une autre mauvaise nouvelle sera annoncée dans 11 minutes et ainsi de suite.

Ces chiffres sont bien sûr affolants, mais la Société canadienne du cancer soutient qu’il ne faut pas baisser les bras et que des progrès énormes ont été enregistrés ces dernières années. Si le taux de survie à la maladie était tout au plus de 40 % au Canada, dans les années 1940, il atteint désormais 60 %, une progression qu’on associe évidemment aux avancées médicales découlant de la recherche. Le cancer du col de l’utérus, par exemple, serait même en voie de disparition.

Bien sûr, cette recherche se nourrit avidement de tous les dollars qu’on veut bien lui servir, et c’est là un des mandats de la SCC qui, à l’échelle de la MRC de Thérèse-De Blainville, souhaite amasser au moins 58 000 $. Cette campagne se déroule sous la présidence d’honneur du préfet et maire de Bois-des-Filion, Paul Larocque, qui accomplit ce mandat depuis sept ans et qui enjoint toutes les villes du Québec à décréter avril comme Mois de la jonquille. Une résolution a d’ailleurs été envoyée dans les municipalités et la réponse s’avère positive jusqu’à maintenant.

Outre la recherche, l’argent sera aussitôt injecté dans les services de soutien à la communauté, la diffusion des informations les plus récentes en matière de cancer, la mise en place de programmes de prévention, de même que dans les démarches de représentation auprès des instances gouvernementales afin de les enjoindre à adopter des lois et des politiques destinées à protéger la santé des Québécois.

Le public, entreprises et les bénévoles

Comme de raison, l’argent ne pousse pas aux arbres et l’on vous demande d’ouvrir votre cœur comme votre portefeuille afin de participer à la lutte contre le cancer.

Ainsi, le public sera sollicité par les bénévoles de la SCC, du 21 au 24 mars, alors que des points de vente de jonquilles se trouveront en divers lieux publics (centres commerciaux, institutions bancaires, marchés d’alimentation, édifices à bureaux et pharmacies).

Les entreprises sont également interpellées et seront invitées à se procurer divers arrangements de fleurs (le prix varie entre 20 $ et 375 $). Elles devront toutefois se manifester avant le vendredi 15 mars, en contactant le bureau régional de la SCC, au 450-668-1013. À noter que l’organisme est aussi à la recherche de bénévoles pour s’activer aux points de vente, durant les Journées de la jonquille.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top