- PUBLICITÉ -
Une espèce en péril

(Photo Vincent Girard – gracieuseté Éco-Nature)

Une espèce en péril

Les tortues de la rivière des Mille Îles

Quand vous partez à la pêche ou en randonnée de plaisance sur la rivière des Mille Îles, vous arrive-t-il de vous questionner sur les espèces de poissons ou de reptiles marins qui peuplent ce cours d’eau?

Saviez-vous qu’il existe trois sortes de tortues dans la rivière des Mille Îles et qu’il est possible de les observer durant la saison chaude? «Les tortues sont une espèce en péril sur l’ensemble du territoire et des 42 kilomètres de la rivière», mentionne Véronique Gauvin, biologiste et écoconseillère pour l’organisme Éco-Nature.

Selon Éco-Nature, les trois espèces recensées dans les eaux de la rivière sont la tortue serpentine, la tortue peinte et la tortue géographique. La serpentine est la plus grosse tortue observée sur les berges le long de la rivière.

«Parmi les trois espèces, il y a une tortue terrestre. Elle sort souvent de l’eau pour prendre des bains de soleil. Elle ne fait pas de bruit et ne pousse pas de cri. Elle passe souvent inaperçue», indique la biologiste.

Pour la biologiste, il est important de sensibiliser la population à laisser les tortues tranquilles lorsqu’elles prennent des bains de soleil. «Chaque fois qu’une tortue est dérangée, elle plonge à l’eau et se refroidit. Le lézardage est primordial pour les tortues, puisque la chaleur captée du soleil aide à la digestion, à la croissance et à la maturation des œufs avant la ponte», explique Véronique Gauvin. À noter: 60 % à 90 % des nids de tortues seront dévorés par des prédateurs. Dans les nids restants, seuls deux bébés sur trois survivront.

Durant la belle saison, ce sont les femelles qui quittent les plans d’eau à la recherche d’un site de ponte sur la terre ferme. Saviez-vous qu’elles peuvent parcourir des kilomètres pour trouver un site adéquat, sans végétation, exposé au soleil et qui ne risque pas d’être inondé? «Il est totalement interdit de capturer des tortues», précise par ailleurs Véronique Gauvin.

Comment faire pour reconnaître les espèces de tortues? Il faut savoir que la serpentine vit essentiellement dans les marécages et en eau peu profonde. Elle a une espérance de vie de 40 ans. Pour ce qui est de la peinte, elle pond ses œufs dans les endroits où l’on retrouve du sable et a une espérance de vie entre 20 et 40 ans. La troisième, la géographique, vit jusqu’à 50 ans. «On a fait un recensement des tortues il y a quelque temps. On a recensé 60 individus de type tortue géographique», explique la biologiste, indiquant qu’il est possible de voir ce type de tortue agrippée sur une branche d’arbre dans l’eau.

Il y a quelques années, Éco-Nature avait procédé à l’identification des tortues. Après l’étude des données, il a été observé qu’une tortue pouvait parcourir 20 kilomètres en deux semaines. «On essaie également de surveiller les sites de ponte et d’installer des mesures de protection pour les œufs», précise l’écoconseillère.

Pour protéger les tortues, Éco-Nature a également installé des bouées de déviation sur la rivière des Mille Îles, au sud de l’île Saint-Joseph. Ces bouées délimitent une zone importante de bain de soleil des tortues. Cette mesure a pour but de limiter le dérangement, par les plaisanciers, des tortues qui s’exposent au soleil. Un réseau d’observation des tortues a également été mis sur pied pour les données statistiques.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top