- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Une coalition se forme pour s’opposer au projet

Projet d’AccelLAB à Boisbriand

Un groupe de citoyens nommé Coalition MAP850 (mouvement anti-porcherie) a entrepris de s’opposer au projet de laboratoire biomédical AccelLab qui projette d’implanter, au 3800, du chemin de la Rivière-Cachée, un laboratoire d’études précliniques comportant la présence de 400 porcs enfermés dans un environnement aseptisé.

«Les représentants de la Commission de consultation publique et de la Ville de Boisbriand ont clairement dit qu’il était trop tard pour bloquer le projet et que la seule possibilité suite à l’émission du certificat d’autorisation par le MDDEP était d’imposer des restrictions en lien avec les cinq conditions», explique-t-on d’emblée.

Ces cinq conditions portent, rappelons-le, sur le recouvrement de la structure d’entreposage du lisier, l’incorporation du lisier au sol lors de l’épandage, les distances séparatrices, l’installation d’un écran brise-odeurs et les équipements destinés à économiser l’eau. La Coalition affirme plutôt qu’il existe des articles de loi, dans la Loi sur la qualité de l’environnement, qui démontrent que le projet peut être bloqué, notamment quant à certains recours auxquels une personne a droit en lien avec le droit à la qualité de l’environnement.

Comme arguments, entre autres, la Coalition affirme que «la plupart de ces zones agricoles (à Boisbriand) ne sont plus exploitées ou le sont pour des productions végétales» et que «la majorité sinon toutes les zones agricoles sont bordées de secteurs résidentiels assez densément peuplés».

Les membres de la Coalition MAP850 reconnaissent «le bien-fondé et le sérieux du projet présenté par AccelLab, mais que sa réalisation devrait se faire dans un parc biotechnologique», ce que confirme la porte-parole du groupe, l’agronome Monique Dumas-Quesnel, donnant comme exemple l’Institut Armand-Frappier, installé à Laval.

Dans la lettre ouverte qu’elle nous a fait parvenir, la Coalition demande «que le certificat d’autorisation pour l’implantation d’un élevage porcin par AccelLab soit révoqué» et «que le permis de construction ne soit pas accordé à AccelLab par la Ville».

En entrevue téléphonique, Monique Dumas-Quesnel demande à tout le moins que l’émission du permis de construction, prévue pour le 2 juin prochain, à l’occasion de la séance ordinaire du conseil municipal de Boisbriand, soit repoussée et que, entre-temps, les citoyens puissent rencontrer la mairesse Marlene Cordato, comme elle en a formulé le souhait lors de récentes déclarations publiques. De plus, Mme Quesnel et d’autres membres de la Coalition estiment que la Ville devrait ajouter de l’information sur le site Web de la Municipalité en lien avec le sujet.
«La population de la ville n’ayant entendu parler de ce projet que par l’annonce de la consultation publique parue dans les journaux locaux, et ce, peu de temps avant sa tenue le 7 avril dernier, nul besoin de préciser que les questions étaient nombreuses et que les préoccupations des citoyens débordent largement le cadre de la consultation», indique-t-on à la Coalition. Cette consultation se tenant seulement à propos des cinq conditions énoncées ci-dessus, la Coalition estime que toutes les questions n’ont pas trouvé leurs réponses.

Les porte-parole de la Coalition ont l’intention de se faire entendre au cours du prochain conseil municipal, mardi prochain. Ils font aussi circuler une pétition et ont déjà recueilli, disent-ils, plusieurs centaines de signatures.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top