- PUBLICITÉ -
Une centaine de jeunes à l’assaut des carrières de l’aérospatiale

L’École des métiers de l’aérospatiale

Une centaine de jeunes à l’assaut des carrières de l’aérospatiale

Près d’une centaine de jeunes élèves de la 3e à la 5e secondaire en provenance de Sainte-Marthe-sur-Le-Lac, Laval, Saint-Jérôme, Lachute et Mirabel ont pris d’assaut les entreprises et écoles en aéronautique de la région, les 10 et 11 avril derniers, dans le cadre de la sixième Campagne de valorisation des carrières de l’aérospatiale.

Ces élèves ont, en outre, visité un atelier ludique portant sur le rivetage, découvert l’usine Bell Helicopter, à Mirabel, et rencontré des gens du domaine de l’aérospatial.

Organisées par la Table de concertation sur les ressources humaines en aérospatiale Laurentides-Laval (TCRHALL), de concert avec l’Institut de formation aérospatiale et Emploi-Québec, ces journées carrières visent non seulement à faire découvrir à ces jeunes les perspectives d’emplois en aérospatiale, mais aussi à réaliser que ces emplois sont accessibles et disponibles dans la région.

«Aujourd’hui, les jeunes sont exposés à de l’information qui vient de partout. Mais ils apprennent moins à cogner un clou ou à faire un changement de pneu», a expliqué André Bisson, directeur des ressources humaines chez Héroux-Devtek, une entreprise membre de la TCRHALL.

Par son slogan Prends ton envol dans l’aérospatial, la campagne mise précisément sur l’aptitude du jeune à manipuler un outil, à écouter le bruit d’un moteur en marche, à assembler lui-même un objet, par exemple. «Tout ce que l’on veut, c’est allumer une lumière dans les yeux de ces jeunes. Qui sait, cette visite sera peut-être un élément déclencheur dans leur vie», a lancé M. Bisson.

Même si ultimement, la Campagne de valorisation vise à enrayer le décrochage scolaire, difficile par contre d’en évaluer la portée à court terme. «Il n’y a pas de suivi officiel. Par contre, ce qu’on recherche, c’est d’abord d’aller chercher l’information pour ces jeunes et d’espérer allumer une petite flamme en eux», d’indiquer, de son côté, Patrice Paquette, d’Emploi-Québec.

Signe que l’activité soulève sans aucun doute un intérêt grandissant, les écoles répondent aujourd’hui plus rapidement et positivement à l’invitation de la TCRHALL. «Les premières années, il fallait expliquer notre démarche. Aujourd’hui, ce sont les écoles qui nous appellent pour participer», se réjouit M. Bisson.

Bourses

Par ailleurs, outre l’organisation de ces journées carrières, la TCRHALL profite du fait pour remettre des bourses aux écoles qui les remettent ensuite à des jeunes méritants, bien souvent par le biais de galas dans leurs écoles. Cette année, 35 bourses de 150 $ seront ainsi remises à autant de jeunes de la région des Laurentides et Laval au nom de l’industrie aérospatiale, pour leur persévérance scolaire.

Au cours des cinq dernières années, près de 400 étudiants et une soixantaine de conseillers pédagogiques ont pris part aux journées découvertes des métiers de l’aérospatiale, alors que 161 bourses ont été remises.

Selon les organisateurs, «les retombées de ces journées et des bourses remises vont bien au-delà du plaisir des jeunes et l’industrie aérospatiale entière retire les bénéfices de cet investissement.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top