- PUBLICITÉ -
Un siècle de services précieux dans la communauté

Photo Nicolas T. Parent - Les doyennes du Cercle des fermières de Saint-Janvier: Thérèse Meilleur (96 ans), Carmelle Forget (88 ans) et Pauline Desjardins (85 ans). L'organisation a également tenu à honorer sa fondatrice Evelina Ouellette, représentée lors de la soirée par sa fille Thérèse Ouellette, et sa belle-fille Suzanne Allard Ouellette.

Un Siècle De Services Précieux Dans La Communauté

Un siècle de services précieux dans la communauté

Cercle des fermières de Saint-Janvier

Le Cercle des fermières de Saint-Janvier fête cette année son 100e anniversaire d’existence. L’organisation tenait à souligner ce moment important devant plusieurs centaines de convives au Complexe du Val-d’Espoir de Saint-Janvier, le samedi 26 mai en soirée, organisant un souper festif.

Fondé en 1918, le Cercle remplit la même mission depuis maintenant dix décennies, soit d’entretenir et de partager le patrimoine artisanal. Le Cercle des fermières est engagé dans sa communauté et permet de renforcer le tissu social et de briser l’isolement grâce à la tenue de rassemblements, telles des activités en groupe.

«Depuis les 100 dernières années, nous avons vu passé beaucoup d’organisme sur le territoire, mais vous, vous êtes encore présents aujourd’hui» , souligne le député fédéral de Mirabel, Simon Marcil.

«Il y a également des hommes dans la salle et j’aimerais leur dire de continuer à supporter ces femmes qui font du bien dans la communauté. Mesdames, votre implication est une richesse. J’aimerais vous féliciter. Vous pouvez toujours compter sur la Ville de Mirabel afin de vous soutenir dans votre engagement» , d’ajouter le maire de Mirabel, Jean Bouchard, invité sur scène.

«Je veux dire aux doyennes; nous suivons vos traces. J’espère que nous sommes à la hauteur» , de conclure la présidente régionale de la Fédération 16 Laurentides, Élisabeth Vézina, autre dignitaire de la soirée.

Un mot d’une pionnière

Notons la présence de trois doyennes, telles Carmelle Forget, Pauline Desjardins, ainsi que la présidente honoraire du 100e anniversaire, Thérèse Meilleur. «J’aimerais féliciter le comité qui a mis sur pied ce bel événement. Ils travaillent depuis un an pour en arriver à ce beau résultat et je suis abasourdie» , exprime, d’entrée de jeu, la pionnière.

«J’ai fait moi-même partie du Cercle des fermières et j’ai travaillé beaucoup. Il faut savoir user de ses dix doigts! Le Cercle invite les femmes, elles apprennent à travailler en tricot, en tissage, en broderie. Je suis enchantée du résultat!»

Elle tenait d’ailleurs à partager un souhait, soit de voir une relève s’intégrer, pour ainsi profiter de tous les avantages liés à l’implication au sein du Cercle des fermières de Saint-Janvier.

«Longue vie au Cercle et merci aux membres qui se donnent corps et âme pour cette institution» , de conclure Mme Meilleur, avant la remise symbolique de bouquets de fleurs aux trois pionnières invitées.

Pour plus d’informations concernant le Cercle des fermières de Saint-Janvier: [https://www.facebook.com/fermieresstjanvier/].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top