- PUBLICITÉ -
Un prix «juste et raisonnable», selon le maire Richard Lalonde

(Photo André Roy)

Un prix «juste et raisonnable», selon le maire Richard Lalonde

Acquisition des terrains de Norfolk

Sur la table depuis plusieurs mois déjà, le dossier des terrains de Norfolk est finalement arrivé à son terme, alors que la Municipalité d’Oka vient de confirmer l’acquisition de gré à gré, par une entente hors cours, des terrains à des fins de réserves foncières, nommément la propriété de 9105-6812 Québec inc. (aussi appelée la Financière Norfolk).

«Par ce geste, on achète la paix sociale», a commenté le maire Richard Lalonde, au lendemain de la séance du conseil municipal, tenue le lundi 10 janvier dernier. Un dénouement heureux qui, selon lui, vient confirmer la volonté du conseil de préserver la paix dans la communauté tout en assurant la sauvegarde du caractère spécifique du territoire. «Nous avons été respectueux tout au long de notre démarche et nous n’avons jamais négocié à travers les médias», a-t-il souligné.

Interrogé sur le coût d’acquisition des terrains en question, soit un montant global de 305 000 $ (290 000 $, plus les frais d’avocats de 15 000 $), M. Lalonde assure que le prix payé est «juste et raisonnable». «Nos procureurs respectifs ont mandaté des évaluateurs indépendants, tel que prescrit par l’entente de négociation entre les parties, afin d’évaluer la valeur marchande des propriétés à acquérir. Ce prix reflète l’offre financière telle que rédigée et présentée le 4 janvier dernier et est conforme au cadre de nos évaluateurs indépendants dans le respect de toutes les parties concernées», a-t-il déclaré en entrevue téléphonique.

La prochaine étape prévue au dossier consistera pour la Municipalité à rencontrer les intervenants des divers paliers gouvernementaux afin de s’enquérir de l’aide financière promise. «Tout au long des négociations, les deux gouvernements, fédéral et provincial, nous ont assurés de leur soutien financier. À ce stade-ci, on sait qu’ils vont nous aider. On ne sait juste pas à combien se situera leur offre», a laissé savoir M. Lalonde.

Dans l’immédiat, les terrains situés à cheval entre la Municipalité d’Oka et le territoire mohawk de Kanesatake se trouvent protégés du fait qu’ils bénéficient d’un zonage «parc». Par conséquent, aucun développement ne pourra y prendre place.

À plus long terme, le maire souhaite laisser le gouvernement fédéral poursuivre ses négociations avec les Mohawks afin de trouver le meilleur terrain d’entente possible entre les parties.

Réaction du Conseil de bande

Du côté du Conseil de bande de Kanesatake, on se réjouit de la résolution pacifique du conflit. Dans un bref communiqué émis au lendemain de la décision, le grand chef, Sohenrise Paul Nicholas, a cependant déploré le manque d’intervention du gouvernement fédéral dans cette affaire. «Nous appelons le gouvernement fédéral à s’impliquer et à ne plus permettre à de futurs opportunistes de profiter de nos terres ancestrales aux dépens des Mohawks», a-t-il déclaré.

Réitérant que toutes les terres de la seigneurie du Lac-des-Deux-Montagnes, entièrement revendiquée par les Mohawks de Kanesatake, font actuellement l’objet de négociations avec le gouvernement fédéral, le Conseil de bande déplore le fait que, depuis des siècles, les ventes illégales de ces terres constituent une sérieuse infraction à l’obligation de la Couronne de protéger les intérêts mohawks.

«Hier, Norfolk et la Municipalité d’Oka sont parvenus à une entente qui convient au promoteur. Mais qu’en est-il de nos attentes? Qu’en est-il de nos terres? Combien de temps le gouvernement fédéral est-il prêt à attendre pour qu’un autre Norfolk profite de son inaction?», a soulevé, en terminant, le grand chef.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top