- PUBLICITÉ -
COVID-19, Hôpital de Saint-Eustache, CISSS des Laurentides, Saint-Eustache, Rosemonde Landry,

Le nouveau complexe en cours de construction à l’Hôpital de Saint-Eustache est, on le constate ici, bien visible de loin. (Photo Benoît Bilodeau)

Un nouveau complexe afin de «maintenir» les activités de chirurgie

À l’Hôpital de Saint-Eustache

Elle est immense et fait, surtout, maintenant partie intégrante du paysage eustachois, du moins pour un certain temps. Il est, bien sûr, ici question de cette nouvelle structure arrondie et blanche actuellement en cours de construction sur le site même de l’Hôpital de Saint-Eustache. Celle-ci, avouons-le, ne laisse vraiment personne indifférent ces jours-ci pour qui circule sur le boulevard Arthur-Sauvé.

Cette structure, c’est ce complexe temporaire d’hospitalisation rapide dont le gouvernement du Québec a annoncé, comme votre hebdo NORD INFO en a déjà fait état, la construction en septembre dernier afin de pallier le manque d’espaces disponibles à l’Hôpital de Saint-Eustache. Plus précisément, cette nouvelle installation, construite au coût de 19 M$, accueillera des personnes nécessitant une hospitalisation à la suite d’une chirurgie.

Outre les coûts pour la structure elle-même et sa construction intérieure qui doit être complétée dans les prochains jours, il faut aussi ajouter à la facture 8,8 M$ pour l’achat des équipements nécessaires. Notons qu’un complexe du genre est également en cours de construction à Saint-Jérôme.

De premiers patients vers la fin décembre

Le nouveau complexe, qui doit être complété pour la mi-décembre, devrait permettre, selon le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, «de maintenir les activités de chirurgie, dans la mesure du possible, dans le contexte de la COVID-19». Les premiers patients devraient y être accueillis vers le fin décembre, selon ce qui est visé.

«Cela aura certainement un impact positif sur nos listes d’attente», croit la présidente-directrice générale du CISSS des Laurentides, Rosemonde Landry. À ce jour, 2 909 personnes sont en attente d’une chirurgie à l’Hôpital de Saint-Eustache.

Présentement, selon les informations fournies par le CISSS, les délais moyens de chirurgie se situent entre 6 à 9 mois, contrairement à l’an dernier, où le délai moyen était de 3 à 6 mois. «Il est important de noter que, bien que le temps d’attente soit prolongé pour certains types de chirurgie, les procédures jugées urgentes et semi urgentes, notamment les cas oncologiques et les césariennes, n’ont jamais cessé», fait-on savoir du côté du CISSS.

Un ajout net de 38 lits d’hospitalisation

Une fois complété, le nouveau complexe comprendra 62 alcôves qui accueilleront les usagers, les salles de bain, les postes infirmiers, les espaces dédiés aux employés et tous les autres espaces nécessaires aux soins et au fonctionnement.

On parle ici d’un ajout net de 38 lits d’hospitalisation et de la récupération d’espaces au sein même de l’Hôpital de Saint-Eustache toujours en attente d’être véritablement agrandi. Actuellement, l’établissement compte 261 lits de soins de courte durée pour les hospitalisations.

«Cet ajout net de 38 lits d’hospitalisation permettra d’agrandir l’urgence dans le but d’accueillir plus aisément les patients présentant des symptômes de la COVID-19. Il sera ainsi plus facile de procéder à leur évaluation dans des conditions maximales de sécurité. L’ajout net se solde à 38 lits d’hospitalisation, car nous procèderons notamment à une dé-densification de certaines chambres multiples», d’indiquer, par courriel, en réponse aux questions du NORD INFO, Mélanie Laroche, conseillère cadre pour le CISSS des Laurentides.

Celle-ci précise que ce projet de construction a été autorisé afin de répondre à des besoins de court terme, soit pour la période de la COVID-19 qui devrait s’étendre de 18 à 24 mois.

«La toile tendue des complexes a une garantie de 25 ans et la structure a une garantie de 50 ans. Une fois la pandémie terminée, une évaluation de nos besoins sera effectuée en tenant compte de l’expérience vécue avec nos complexes temporaires», d’indiquer, enfin, Mme Laroche.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top