- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Un jardin attirant pour des oiseaux attrayants

Les oiseaux fréquentent les jardins naturels et les parcs parce qu’ils trouvent une bonne source de nourriture dans la nature. Certes, ils aiment glaner du tournesol et du chardon aux mangeoires, mais ce sont avant tout des oiseaux sauvages dont le régime alimentaire est vaste.

Soulignons que seulement une trentaine d’espèces d’oiseaux sur quelque 350 au Québec fréquentent plus ou moins régulièrement les mangeoires.

Le printemps s’avère la saison idéale pour aménager notre cour en vue d’attirer les oiseaux. On peut planter plusieurs espèces végétales pour offrir différentes sources de nourriture.

Un massif d’arbustes de différentes essences et des îlots de diverses fleurs amènent de la diversité, c’est-à-dire un plus grand garde-manger à servir à un large éventail de nos amis de la faune ailée.

De plus, un mélange d’arbustes donne des fruits qui pourront être mangés en été, en automne ou en hiver. En été, les fruits des amélanchiers, des cerisiers, des chèvrefeuilles et des sureaux sont appréciés notamment par le merle d’Amérique, le cardinal rouge et le jaseur d’Amérique.

En automne, plusieurs espèces raffolent des fruits des aubépines, des pommiers et des pommetiers. En hiver, les fruits accrochés aux arbustes peuvent sauver la vie d’un oiseau lorsque la nourriture habituelle se fait rare par temps de verglas ou de neige abondante. Les baies rouges des sorbiers, des viornes et du houx attirent le geai bleu, le cardinal rouge et le gros-bec errant, sans oublier la gélinotte huppée.

Il vaut mieux choisir des plantes indigènes même si plusieurs centres de jardinage proposent de beaux plants exotiques. Ces plantes sont adaptées à notre climat et elles fournissent des fruits et des graines en grande quantité. Le bouquet végétal de la nature nourrit les oiseaux depuis des siècles et des siècles.

Les fraisiers et les arbustes fruitiers donnant des framboises, des mûres, des bleuets, des groseilles et des raisins sont une valeur sûre, tant pour les humains que pour les oiseaux. Ils représentent une excellente source de nourriture pour nombre d’espèces, notamment le jaseur d’Amérique, le moqueur chat et le roselin pourpré.

Si la cour est grande, un îlot de conifères s’avère utile tant pour la nourriture que pour la protection des oiseaux. Les sapins, les épinettes et les pins produisent des cônes dégustés par des espèces nordiques, de passage dans nos régions.

Les conifères constituent également des abris face aux menaces diverses. À la moindre alerte, l’oiseau trouve refuge dans l’épaisseur du feuillage.

De plus, les résineux servent de logis pour le nid de la sittelle à poitrine rousse, du bruant familier, de la tourterelle triste et autres espèces attrayantes de la gent ailée.

Journaliste indépendant pour divers magazines et autodidacte dans l’apprentissage de l’ornithologie, Bernard Cloutier est membre de la Société ornithologique de Lanaudière. Il est aussi animateur, guide et conférencier. Pour lui écrire: b.clou@hotmail.com.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top