- PUBLICITÉ -
Un film sur l’importance de l’amour, la famille et la perte d’êtres chers

Un Film Sur L’importance De L’amour, La Famille Et La Perte D’êtres Chers

Un film sur l’importance de l’amour, la famille et la perte d’êtres chers

La vie en soi

Lisez la critique de Sébastien Trottier sur un film qui vient de prendre l’affiche dans les salles de cinéma. Cette semaine: La vie en soi.

Connu actuellement à la télévision pour sa série «This is Us» (Notre vie), Dan Fogelman transpose au grand écran une formule semblable. Film choral, construit en différents chapitres, il vous fera vivre une gamme d’émotions, en passant du rire aux larmes.

La trame narrative tourne autour de Will et Abby, deux New-Yorkais amoureux depuis l’université, décidant de se marier. Alors qu’ils s’apprêtent à devenir parents, leur trajectoire se mêle à d’autres destins. Comme Dylan, jeune femme perturbée, voulant apaiser sa souffrance, Irwin, qui élève sa petite-fille dans un monde dangereux, M. Saccione, riche propriétaire d’une oliveraie espagnole, et de son intendant Javier, son épouse Isabelle, et leur fils Rodrigo.

L’amour, la famille et la perte d’êtres chers, sont au cœur de ce récit. Contrairement, au feuilleton télé, précédemment mentionné, un script de deux heures n’est pas suffisant de manière à développer en profondeur ses personnages. Certains d’entre eux se lancent dans d’interminables discours, afin de connaître leur passé tragique. Ces histoires s’entremêlent sur plusieurs décennies, et le scénario s’amuse fréquemment à avancer et reculer dans le temps.

Sur une note personnelle, le segment avec les González m’a profondément touché, principalement le lien entre la mère (Laia Costa) et son enfant. Malgré ses quelques longueurs, Sergio Peris-Mencheta et Antonio Banderas offrent une incroyable performance (en espagnol avec des sous-titres).

Oscar Isaac et Olivia Wilde ont le bonheur de former le couple le plus épanoui du long métrage. Ils sont formidables et la chimie coule très bien, au rythme de la musique de Bob Dylan et des créations de Quentin Tarantino. Olivia Cooke joue le rôle de Dylan, la descendante de Will et Abby, désirant surmonter ses blessures, à la suite de multiples décès familiaux au cours de sa jeunesse. Sous les traits du grand-père de cette dernière, Mandy Patinkin livre une scène des plus grandiose de la production.

Suivant, un tracé non linéaire, cette œuvre nous fait prendre conscience qu’un événement peut avoir des répercussions sur de nombreuses vies autour de nous.

La semaine prochaine, il sera question du film «Cours du soir» .

D’ici là, découvrez le site [http://cine-techno.com], afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Metro Rosemere
- PUBLICITÉ -
Top