- PUBLICITÉ -
Un conseiller indépendant affirme avoir été exclu

Quatre mois après les élections municipales, une première querelle éclate à l'hôtel de ville de Boisbriand.

Un conseiller indépendant affirme avoir été exclu

Attribution des comités à Boisbriand

Bien que la mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, affirme lui avoir «tendu la main» à trois reprises, afin qu’il joigne l’un des comités «d’envergure» de son administration, Jonathan Thibault, un conseiller indépendant, estime encore avoir été mis de côté par la chef du Ralliement des citoyens de Boisbriand.

10Lors de la séance du 6 février dernier, Mme Cordato a attribué les différents comités et commissions aux conseillers municipaux boisbriannais. À la grande surprise de M. Thibault, les conseillers indépendants, deux sur huit, ne se sont vus proposés que deux comités, «contre 38 nominations pour les membres de son équipe» , de déplorer le principal intéressé qui aurait préféré un partage des tâches plus équitable.

«Je ne me suis fait proposer qu’un seul siège sur un comité, celui des Communications et ville futée. Cette proposition manque de respect aux citoyens de mon quartier! Ce que je dénonce donc, c’est le manque d’éthique, d’intégrité et de représentativité sur les comités» .

L’ironie dans tout cela, d’ajouter M. Thibault, c’est que lors de cette même séance du conseil, celle du 6 février, le code de déontologie avait été voté.

«Ce code prévoit respect, intégrité et équité envers les membres du conseil, a dit Jonathan Thibault. Mme Cordato vous répondra que c’est une question de confiance. Mais ce n’est pas cela. Nous avons été élus par la population. On doit respecter le choix des citoyens et pour cela, la répartition doit se faire équitablement!»

Pour que cette répartition soit faite de façon équitable, le conseiller indépendant estime qu’il aurait dû être nommé sur un minimum de trois ou quatre comités ou commissions.

«Une décision décevante»

Marlene Cordato n’en est pas à ses premiers pas en politique municipale. Son expérience lui dicte qu’il importe de s’entourer de personnes de confiance, pour certains comités et commissions du moins, telles l’administration et les finances. Mais elle le répète, jamais elle n’a voulu exclure le conseiller Thibault, ou encore, son homologue indépendant, François Côté.

«Au contraire, dit-elle, je leur ai offert des comités d’envergure, soit l’environnement et les communications. Et je leur ai donné trois chances, trois opportunités distinctes de siéger sur ces comités qui seront au cœur des quatre prochaines années, mais ils ont refusé de le faire.»

Mme Cordato ajoute, au sujet de M. Thibault, que celui-ci aurait dû accepter sa proposition, ce qui lui aurait permis d’acquérir de l’expérience, mais surtout de renforcer le lien de confiance qui les unit.

«C’est pour cette raison que je les avais nommés sur ces deux comités que je considère des plus importants, a conclu la mairesse de Boisbriand. Je trouvais qu’ils pouvaient apporter quelque chose et que ç’aurait été intéressant de développer ce lien de proximité et de confiance pour, après, aller vers autre chose.»

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top