- PUBLICITÉ -
Un 17e GMF voit le jour cette fois à Sainte-Anne-des-Plaines

(Photo Michel Chartrand)

Un 17e GMF voit le jour cette fois à Sainte-Anne-des-Plaines

La région des Laurentides se rapproche de son objectif

Il y a 18 mois, la région des Laurentides comptait deux GMF (Groupe de Médecine Familiale). Aujourd’hui, avec la formation de celui de Sainte-Anne-des-Plaines dont l’annonce a été faite le 13 juillet dernier, elle en compte 17. Un dix-huitième, à Sainte-Thérèse cette fois, devrait voir le jour sous peu. Au total, on espère que d’ici quelques mois seulement, 22 GMF seront actifs sur le territoire des Laurentides.

«Les GMF sont porteurs d’avenir», a d’entrée de jeu statué Marc Fortin, président-directeur général de l’Agence de santé et services sociaux des Laurentides. «Ils font partie des solutions novatrices qui donnent de bons résultats en terme de qualité de suivi et de la prise en charge des patients», a renchéri le député de Vimont, Vincent Auclair, au nom du ministre de la Santé et des Services sociaux.

Dans le cas du GMF Sainte-Anne-des-Plaines, sachez que les six médecins y travaillant ont convenu d’une entente de collaboration avec le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Thérèse-De Blainville qui leur fournira, entre autres les services d’une infirmière clinicienne afin de les soutenir dans leur travail. «Cette infirmière sera en mesure d’effectuer certains suivis et enseignements auprès des patients, ce qui permettra d’offrir un suivi des clients encore plus personnalisé. Au total, le GMF Sainte-Anne-des-Plaines sert 5 200 patients», a expliqué Dre Marie-Claude Auger, médecin responsable du GMF. Dans un contexte où il est de plus en plus difficile d’avoir un médecin de famille, on estime que le soutien apporté au GMF est important, du fait qu’il permet d’améliorer les conditions de pratique des médecins et par conséquent, d’offrir un meilleur service à la population.

Unités de médecine familiale

Or, le nombre de médecins demeurant le même, l’accès à un médecin de famille pour l’ensemble de la population demeure quant à lui et à toutes fins pratiques inchangé. Ce qui a fait dire au maire Guy Charbonneau que «Sainte-Anne-des-Plaines était même prête à faire la grande séduction», pour accueillir un ou deux médecins de plus. «Il manque actuellement 19 médecins dans la région des Laurentides. Le PREM (Plans régionaux d’effectifs médicaux) nous en autorise 16 et présentement, nous avons réussi à en combler 11», a expliqué M. Fortin.

Selon le président du CSSS Thérèse-De Blainville, Robert Dean, reste que l’annonce d’un GMF à Sainte-Anne-des-Plaines constitue «un pas important vers notre objectif de fournir des services de première ligne accessibles, efficaces et de qualité optimale dans notre territoire et ce, dans le sens de la réforme entreprise par le présent gouvernement depuis 2003». Or, si la formation de GMF constitue le premier pas, la voie de l’avenir réside, de l’avis de M. Fortin, dans la mise sur pied d’unités de médecine familiale. «Idéalement deux. Une à Saint-Jérôme et une autre qui desservirait les MRC de Thérèse-De Blainville et Deux-Montagnes», a-t-il avancé. Toujours dans un monde idéal, ces unités seraient mises sur pied d’ici un an. «Nous voulons édifier quelque chose qui sera durable. Chaque territoire a le mandat de monter son projet et de le déposer sur le bureau du ministre de la Santé et des Services sociaux», a-t-il dit en terminant.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top