- PUBLICITÉ -
Sylvie St-Jean reconnaît sa culpabilité

Sylvie St‑Jean

Sylvie St-Jean reconnaît sa culpabilité

L’ancienne mairesse de Boisbriand, Sylvie St‑Jean, a plaidé sa culpabilité aux accusations de fraude, de complot pour fraude, d’abus de confiance et de complot pour abus de confiance, qui pesaient contre elle, mercredi après-midi, au palais de justice de Saint‑Jérôme.

La nouvelle a été rendue publique en fin de journée mercredi par le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

On ne connaît pas encore le nom des coaccusés ni les faits reprochés à l’ancienne mairesse de Boisbriand, le juge de la Cour du Québec Michel Belhumeur ayant émis une ordonnance de non‑publication.

L’actuelle mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, s’est dite surprise en lisant cette nouvelle dans les médias, jeudi matin. Elle n’a toutefois pas voulu commenter. «On ne connaît pas encore les tenants et aboutissants dans ce dossier. On ne connaît pas la preuve non plus, puisqu’il y a ordonnance de non‑publication.»

Rappelons que l’administration Cordato a refusé de défrayer les honoraires d’avocat pour la défense de Mme St‑Jean tel que celle‑ci le requérait. Même refus à l’ancien maire Robert Poirier.

L’ancienne mairesse fait face à sept chefs d’accusation à la suite de son arrestation par l’escouade Marteau en février 2011, dont complot pour abus de confiance, fraude et corruption.

Mme St‑Jean sera de retour en cour le 9 juillet pour les représentations sur la peine.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top