- PUBLICITÉ -

Antonio Filato, président du conseil provincial des TUAC.

SQDC: Les salariés de Mirabel choisissent les TUAC

Le syndicat des Travailleurs et des Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) est très fier d’annoncer qu’il représentera les salarié(e)s de la SQDC de Mirabel. Le tout a été confirmé par le Tribunal administratif du travail, le 26 février dernier.

Il s’agit de la troisième succursale de la SQDC à opter pour un syndicat d’envergure internationale, qui se démarque par son expertise dans le commerce de détail ainsi que dans le secteur émergent du cannabis.

Interrogé sur les raisons qui ont motivé les travailleurs et les travailleuses de la succursale de Mirabel de choisir les TUAC, Guillaume Lacasse explique qu’à la suite d’une rencontre avec leurs collègues des la succursale de Rosemont, ils se sont rendu compte que les TUAC avaient une longueur d’avance et qu’ils étaient déjà à la table de négociation.

«Cela nous a mis en confiance de parler avec nos collègues de Rosemont. Nous aussi nous voulons être à la table de négociation. Nous ne voulons pas attendre après les autres succursales pour négocier nos conditions de travail. Avec les TUAC, nous avons la conviction que nous serons écoutés et que nous ne ferons pas partie d’une stratégie globale.»

«C’est avec enthousiasme que le syndicat des TUAC salue l’arrivée de ce troisième groupe de travailleurs et de travailleuses de la SQDC de la région des Laurentides et nous les remercions de nous accorder leur confiance. En unissant leur voix à celles des salarié(e)s des succursales de Rosemont et de Rimouski, ces nouveaux membres contribuent à renforcer le dynamisme de notre syndicat en plus de pouvoir compter en tout temps sur la solidarité et le soutien des 55 000 membres de notre organisation au Québec», déclare Antonio Filato, président du conseil provincial des TUAC.

Ce dernier a terminé ainsi: «Tandis que les autres syndicats en sont encore à se demander s’il faut syndiquer les succursales à l’unité ou groupées, les TUAC ont déjà rencontré leurs membres pour qu’ils nous fassent part de leurs demandes. De plus, le processus de négociation est déjà enclenché avec la SQDC et la situation évolue rapidement à la succursale de Rosemont. Les membres du comité de négociation ont déjà été choisis et deux rencontres avec l’employeur ont déjà eu lieu. Voilà le vrai rapport de force d’un syndicat qui comprend la réalité des travailleurs et des travailleuses du commerce de détail.»

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top