- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Service postal canadien: Sainte-Anne-des-Plaines souhaite faire partie du débat

En 2014, le gouvernement fédéral reverra sa façon de gérer le service postal public en effectuant un examen du Protocole du service postal canadien.

Dans la foulée, la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines entend écrire une lettre à la ministre responsable de la Société canadienne des postes pour lui demander, notamment, que la population puisse faire valoir son point de vue durant l’examen du Protocole du service postal canadien et que le Protocole soit amélioré, selon plusieurs mesures.

D’abord, que le moratoire sur la fermeture des bureaux de poste situés dans des petites villes ou en région rurale protège le caractère public des bureaux de poste; que les nombreuses exceptions que prévoit le Protocole relativement à la fermeture des bureaux de poste visés par le moratoire soient supprimées; que le processus de consultation sur la fermeture éventuelle de bureaux de poste soit prolongé (tout en rendant ce processus et le moratoire plus transparents); qu’un ombudsman indépendant soit mis en place.

La Ville demande également à ce qu’un processus décisionnel raisonnable, uniforme et démocratique relativement aux modifications à apporter au réseau postal et au réseau de livraison (fermeture ou réduction de la taille des bureaux de poste publics, retrait de boîtes aux lettres rurales) à la suite de consultations avec la population et d’autres intervenants soit établi.

Pour justifier sa démarche, la Ville soutient que la population a parfaitement le droit de se prononcer sur les questions touchant le service postal public et que le Protocole actuel comporte de sérieux problèmes qui doivent être réglés.

Selon elle, le gouvernement pourrait se servir de l’examen du Protocole pour réduire les obligations de Postes Canada en matière de service, plutôt que de chercher à améliorer le Protocole, ou même préparer le terrain à la privatisation ou à la déréglementation du service postal.

La résolution d’écrire à la ministre responsable a été entérinée par les membres du conseil lors de la séance municipale du 11 février dernier.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top