- PUBLICITÉ -

Photo Benoit Bilodeau - Le candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Mirabel, François Desrochers.

Selon François Desrochers: Un autre budget fédéral déficitaire et des promesses rompues

Le candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Mirabel, François Desrochers, estime que le budget fédéral de 2019 est l’opération de camouflage la plus dispendieuse de l’histoire, car il prévoit des dépenses additionnelles de 41,3 milliards de dollars sur 5 ans et vise à détourner l’attention des réels problèmes du gouvernement.

«Justin Trudeau avait promis un budget équilibré, au lieu de cela, le déficit sera de 19,8 milliards de dollars. Il ne faut pas oublier que les déficits d’aujourd’hui sont les impôts de demain. Il faut penser à l’avenir et aux répercussions graves, si nous devions vivre une période d’incertitude économique», a affirmé François Desrochers.

À la suite de la grande tournée provinciale à l’écoute des Québécois qui s’est arrêtée dans la région, le Parti conservateur du Canada a retenu et annoncé des mesures pour améliorer la vie des Québécois: l’instauration du rapport d’impôt unique, des incitatifs pour les retraités qui souhaitent retourner sur le marché du travail et la fin de la TPS sur la facture de chauffage résidentiel. «Ce sont des engagements concrets qui toucheront directement le budget et le portefeuille des familles», de dire le candidat conservateur dans Mirabel.

François Desrochers est plus déterminé que jamais à défendre les besoins et les intérêts des jeunes, des aînés, des familles, des entrepreneurs et agriculteurs de la circonscription de Mirabel.

«Le travail se poursuit pour moi, entre autres, avec les agriculteurs de la circonscription. Le budget 2019 ne fait que compenser un minimum des pertes encourues à la suite de la signature des Partenariats Transpacifiques. Rien n’est clair et ils vivent encore dans l’incertitude. Je veux les rassurer que je serai présent sur le terrain pour les rencontrer et travailler avec eux et pour eux», conclut François Desrochers.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top