- PUBLICITÉ -
Santé et services sociaux: le nouveau visage de l’hébergement public au Québec

Antonio Lavigne

Santé et services sociaux: le nouveau visage de l’hébergement public au Québec

Parce que l’imaginaire populaire tend à concevoir une réalité différente en matière d’hébergement chez les personnes âgées, l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) a décidé de publier le guide Le nouveau visage de l’hébergement public au Québec,afin de remettre les pendules à l’heure à ce sujet.

Et comme premier constat, l’âge de la clientèle. «On remarque que la clientèle hébergée représente seulement 3 % des personnes âgées de plus de 65 ans (NDLR: 1,2 million de personnes)», fait remarquer Diane Lavallée, directrice générale de l’AQESSS.

Ainsi, souligne-t-on, on est loin de la perception populaire et du pourcentage imaginé (à la hausse) en matière d’hébergement. Pour être plus exact, sur les 157 100 places répertoriées pour la clientèle en perte d’autonomie, seulement 39 443 se trouvaient en centres d’hébergement publics ou privés conventionnés.

- Publicité -

Quelques chiffres

41 % des personnes hébergées ont plus de 85 ans et présentent une grande perte d’autonomie.

80 % de la clientèle hébergée présente des pertes cognitives. Il s’agit d’une augmentation de 7 % par rapport à 2007-2008.

S’ajoutent, par conséquent, des besoins plus grands en matière de soins infirmiers, de services médicaux et de services professionnels tels que l’ergothérapie, la physiothérapie, la nutrition, etc.

«Les nouveaux besoins des personnes hébergées ont transformé les services offerts en centre d’hébergement. Il ne s’agit plus uniquement de prodiguer des soins de base et de confort. Les soins offerts sont de plus en plus complexes et spécialisés et souvent prodigués dans un contexte de fin de vie», laisse-t-on savoir, à l’AQESSS.

Selon un sondage CROP-AQESSS réalisé au printemps 2010, 78 % des baby-boomers ont émis le désir de rester à domicile et de recevoir des soins appropriés advenant une perte d’autonomie.

Coût

Le coût moyen au Québec pour une place en centre d’hébergement public est de 93 256 $ par année. Toutefois, une contribution est exigée pour les résidents. Les frais s’élèvent à 1 200 $ par mois, soit environ 14 600 $ par année. Pour les plus démunis, le calcul s’effectue de façon à ce que ces derniers puissent bénéficier d’une somme de 201 $ par mois pour leurs dépenses personnelles.

Une chambre individuelle coûte en moyenne 1 742,70 $ par mois, une chambre à deux lits, 1 456,80 $, et une chambre à trois lits ou plus, 1 083 $.

«L’hébergement public s’est transformé de manière significative ces dernières années et les tendances lourdes derrière ces transformations vont continuer de s’accentuer. Avec ce portrait, l’AQESSS souhaite mettre en lumière la nouvelle réalité des centres d’hébergement publics, la transformation de leur clientèle de même que les efforts du réseau et des équipes soignantes pour s’adapter à ces changements», a rappelé Mme Lavallée.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top