- PUBLICITÉ -
Sans parti

C’est dans son bureau de circonscription que le député sortant de Blainville Daniel Ratthé a annoncé son retrait

Sans parti, Daniel Ratthé se retire

Sans parti, le député sortant de Blainville, Daniel Ratthé choisit de se retirer de la vie politique. Bien qu’il entende aller jusqu’au bout de son mandat actuel, il a déclaré n’avoir aucune intention de solliciter un troisième mandat.

L’annonce a été faite lors d’un point de presse tenu à son bureau de circonscription, jeudi matin. «Les évènements des derniers mois ont été très difficiles à accepter. Mon expulsion prématurée et injustifiée du caucus de la CAQ a eu pour effet d’accorder une crédibilité démesurée à une allégation qui visait quelqu’un d’autre que moi, une allégation qui, ironie du sort, n’a jamais été prouvée d’ailleurs», a-t-il fait remarquer d’entrée de jeu.

Dans la foulée, M. Ratthé soutient que «cette décision arbitraire de François Legault» aura causé un tort considérable à sa réputation et à sa carrière politique.

Si M. Ratthé reconnaît que la bannière du PQ l’a assurément aidé à remporter sa première élection, lors de sa deuxième élection, il dit avoir davantage ressenti le vote pour sa personne, plutôt que pour le parti. Or, bien qu’il dise toujours ressentir «un fort sentiment de solidarité» de la part des électeurs de la circonscription à son égard, il doute que ce soit suffisant pour le faire réélire une troisième fois. «Je pense que les gens vont davantage voter pour un parti, compte tenu des enjeux actuels», a-t-il opiné.

Élu une première fois sous la bannière du Parti québécois, en 2008, on se rappellera que M. Ratthé avait été exclu du caucus en novembre 2011. Il a par la suite siégé comme député indépendant avant de joindre les rangs de la Coalition Avenir Québec (CAQ), en février 2012, et d’être réélu, cette fois à titre de député caquiste, quelques mois plus tard. Son expulsion du caucus de la CAQ remonte à l’été 2013 et fait suite à des révélations entendues à la Commission Charbonneau.

Assurer la continuité

En dépit de sa décision de se retirer de la vie politique, M. Ratthé assurera, dit-il, une continuité en remettant, notamment ses dossiers au nouveau député qui sera élu lors du scrutin du 7 avril. «Mon travail de député, je l’ai fait avec passion et j’ai toujours agi avec intégrité et avec le souci de répondre aux besoins de la population et de ceux et celles qui m’ont fait confiance», a-t-il poursuivi.

Ferme-t-il la porte à la politique de façon définitive? Peut-être pas. «Aujourd’hui, je ne peux pas prévoir. J’aurais aimé continuer, mais étant donné que les perceptions ont plus de poids en politique que la véracité des faits, je préfère quitter, par respect pour mes concitoyens», a-t-il conclu.

Pour l’heure, seuls deux candidats sont officiellement dans la course pour Blainville. Il s’agit de Marie-Claude Collin, pour le Parti libéral du Québec et Sofia El Mouderrib, pour Option Nationale.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top