- PUBLICITÉ -
Sainte-Thérèse: un retour à la politique pour Marc Laporte?

Natif de Sainte-Thérèse

Sainte-Thérèse: un retour à la politique pour Marc Laporte?

Conseiller municipal à Sainte-Thérèse jusqu’au moment de sa défaite, six ans plus tard, soit en 2005, à titre de candidat à la mairie, Marc Laporte s’est présenté à la séance du conseil municipal, lundi dernier, afin d’adresser une question à la mairesse.

Or, cette dernière étant absente, c’est plutôt le maire suppléant, le conseiller Louis Lauzon, qui a reçu les doléances de M. Laporte. «Est-ce que c’est pour punir le conseiller Millette d’avoir informé les citoyens de leur droit de s’opposer à un changement de zonage en signant un registre que vous l’avez exclu des réunions du conseil?», s’est-il enquis.

M. Laporte faisait ici référence à la résolution 2012-320 ,adoptée le 4 juin dernier en séance régulière, en vertu de laquelle, rappelons-le, le conseiller municipal du district Ducharme, Michel Millette, s’est vu retiré des trois comités sur lesquels il siégeait alors, en plus de se voir exclu des comités pléniers du conseil. Le bris de confiance à l’égard du conseiller avait alors été a été invoqué par la mairesse pour justifier pareille action.

Or, M. Laporte voit dans ce geste un déni de la démocratie et une sanction très sévère à l’égard des citoyens. «Ma demande va au-delà de la personne de M. Millette. Exclure un conseiller des comités pléniers, alors que tout le monde sait que c’est là que le vrai boulot d’un élu se fait, c’est une insulte à la démocratie. Et prétendre que le conseiller peut tout de même bien effectuer son travail, c’est aussi une insulte à l’intelligence», a-t-il précisé lors d’une entrevue téléphonique accordée au lendemain de la séance.

Au surplus, M. Laporte estime que les gens ont voté en faveur de Michel Millette aux dernières élections et que, par conséquent, eux seuls peuvent juger de son travail. Pas la mairesse, ni personne d’ailleurs. «Si le conseiller ne fait pas son boulot, les gens auront juste à voter pour quelqu’un d’autre aux prochaines élections», a-t-il fait valoir.

Notons que le conseiller Vincent Arseneau, candidat officiel à la mairie en vue du prochain scrutin, s’est également positionné en faveur de la réintégration du conseiller Millette au sein du comité plénier.

Candidat à la mairie en 2013?

Devant l’enthousiasme et la verve de M. Laporte, la question d’un éventuel retour en politique municipale s’est imposée d’elle-même. «Je m’ennuie de la politique. Je gagne très bien ma vie comme notaire, mais je dois dire que la chose politique n’est pas inintéressante», a-t-il reconnu d’emblée. «Seulement, si je me présente de nouveau, ce ne sera pas comme conseiller municipal mais bien comme maire», a-t-il précisé.

Le respect de la démocratie, le droit des citoyens et le droit de parole, entre autres, sont autant d’éléments qui semblent le motiver dans sa réflexion. «Si je retourne en politique, c’est pour ça. Présentement, on gère très mal toute cette situation; on interrompt les gens quand ils posent des questions, on ne leur répond pas adéquatement, on a peur de leur fournir des documents qui, à mon avis sont, à 80 %, d’ordre public», énumère-t-il.

Convaincu que l’administration de la Ville se fait tout de même selon les règles de l’art, M. Laporte, dans ce qui avait toutes les apparences d’un plaidoyer préélectoral, souhaite redonner à Sainte-Thérèse ce qu’il considère comme lui faisant présentement défaut: le respect de la démocratie et le droit à la dissidence.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top