- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Sainte-Thérèse: qui doit s’occuper des sans-abris?

Depuis quelques semaines, un abri précaire a été érigé sur un terrain vague de la rue Louis-Hébert, à Sainte-Thérèse, adjacent à la voie ferrée. Mise au fait, la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville a effectivement procédé à plusieurs déplacements policiers à cet endroit au cours des dernières semaines.

«Dans une approche de police communautaire, notre mandat consiste à relever l’identité de la personne et s’assurer qu’aucun mandat n’a été émis contre elle, qu’elle n’est pas recherchée. Ensuite, on pourvoit à ses besoins de base, comme la nourriture, le logement et sa sécurité», explique le sergent Martin Charron, division Prévention.

Au moment de la cueillette d’informations (jeudi), le sergent Charron ne pouvait cependant pas confirmer si la personne en question vivait toujours dans son abri ou si elle était partie. «Notre dernière intervention remonte au 30 septembre», a‑t‑il indiqué.

Absence de ressources

Jean-Guy Tessier, candidat indépendant dans le quartier Chapleau, à Sainte-Thérèse, a été le premier à sonner l’alarme et déplore l’absence de ressources sur le territoire en ce qui a trait à l’itinérance. «J’estime qu’il y a une dizaine de personnes sans abri qui dorment à Sainte-Thérèse la nuit», avance‑t‑il. Or, tranche‑t‑il, si ces gens dorment sur le territoire, c’est à la Ville de s’en occuper, ce qui n’est pas le cas actuellement. «Ces gens se retrouvent en situation d’urgence et la Ville n’offre aucune place, aucune ressource pour les aider. La preuve, c’est qu’ils dorment bien souvent dans le cimetière», déplore‑t‑il.

Sans rien enlever au travail des organismes qui œuvrent déjà sur le territoire et qui tentent quotidiennement de venir en aide à ces gens et conscient au surplus que la problématique ne se résoudra pas «d’un coup de pinceau», M. Tessier croit que la Ville a un rôle déterminant à jouer dans la démarche, ce qu’il ne perçoit pas. «Malgré mes interventions, c’est le silence, comme si les élus étaient insensibles face à cette situation», déplore‑t‑il. M. Tessier estime que la Ville est responsable de ce qui se passe sur son territoire et qu’à ce titre, elle devrait financer, à même ses excédents, les organismes qui travaillent auprès de cette clientèle.

Actuellement, les organismes habilités à travailler auprès des personnes sans abri sont localisés à Laval et Saint‑Jérôme.

Mentionnons toutefois que, depuis avril dernier, le Resto Pop Thérèse-De Blainville offre, par le biais de son projet Table d’hôte, un hébergement d’urgence, jusqu’à présent inexistant sur le territoire.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top