- PUBLICITÉ -
Sainte-Thérèse: les cols bleus et blancs déclenchent des moyens de pression

Pour l’heure

Sainte-Thérèse: les cols bleus et blancs déclenchent des moyens de pression

Réunis en assemblée générale le 17 mars dernier, les employées et employés syndiqués de la Ville de Sainte-Thérèse se sont prononcés à l’unanimité en faveur du déclenchement de moyens de pression.

Un communiqué de presse envoyé à nos bureaux en date du 31 mars indique également que ce vote a été précédé par un autre vote unanime, celui du rejet de la dernière offre patronale à l’égard des enjeux liés à la retraite des employées et employés syndiqués.

Les parties se sont rencontrées à de nombreuses reprises au cours des 27 derniers mois, soit depuis l’échéance de leur convention collective. Si le syndicat et la Ville ont pu s’entendre sur l’ensemble des enjeux d’ordre normatif du contrat de travail, ils n’ont toutefois pas encore été en mesure de conclure une entente sur les enjeux d’ordre monétaire, particulièrement ceux qui sont liés à la retraite.

«Les moyens de pression de nos membres sont du domaine de l’affichage. On veut se faire connaître de la population et on veut signifier à l’employeur qu’on veut des dates pour les prochaines rencontres», a indiqué au téléphone Martin Bourgeois, conseiller syndical du Service d’appui aux mobilisations et à la vie syndicale (SAMVS) Laurentides.

Surprise par ces propos, la directrice générale de la Ville, Chantal Gauvreau, s’explique mal la position du syndicat. «Je ne comprends pas qu’ils attendent après la Ville. Il y a environ deux semaines, les négociateurs des deux parties se sont entendus pour laisser passer la campagne électorale», a‑t‑elle fait valoir. Ils doivent se contacter au lendemain du scrutin pour planifier les prochaines rencontres de négociation. «C’est ce que je comprends de la situation», ajoute‑t‑elle.

Pas de grève ni de perturbation de services

À cette étape de la négociation, et malgré le déclenchement des moyens de pression, M. Bourgeois insiste pour dire qu’il n’est nullement question pour le syndicat de perturber les services offerts à la population de Sainte-Thérèse. «Aucune journée de grève ou d’arrêt de travail n’est prévue», assure‑t‑il.

Pas question cependant, pour le syndicat, de réduire ses moyens de pression. Au contraire, ce dernier entend poursuivre et accentuer ses actions de visibilité au cours des prochaines semaines et compte particulièrement, indique‑t‑on, sur l’appui de la population de Sainte-Thérèse. Déjà, les véhicules de la Ville, camions et voitures, ont tous été ornés de drapeaux à l’effigie de la CSN.

Le Syndicat des employées et employés de la Ville de Sainte-Thérèse – CSN représente un peu plus d’une centaine de cols bleus et cols blancs de la Ville de Sainte-Thérèse. Celui‑ci est affilié à la Fédération des employées et employés des services publics de la CSN (FEESP) et au Conseil central des Laurentides CSN.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top