- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Sainte-Thérèse: confrontation à finir à l’hôtel de ville

Les séances municipales se suivent et se ressemblent à l’hôtel de ville de Sainte-Thérèse, nonobstant l’élection d’un nouveau conseil municipal, le 3 novembre dernier, alors que le citoyen Christian Charron, fidèle à ses habitudes, a pressé la mairesse Sylvie Surprenant, de questions.

Cette fois, M. Charron s’informait de la fréquence des rencontres tenues par le Comité d’intégration des personnes handicapées et la non-conformité de la Ville quant au dépôt d’un plan d’action à cet égard.

On sait qu’en vertu de l’article 61.1 (chapitre E-20.1) de la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale, la Ville est tenue de déposer annuellement son plan d’action. Le dernier dépôt en lice remonte à 2012.

«Quand est-ce que vous prévoyez déposer le plan d’action? On est déjà rendu en décembre», a-t-il insisté, avant de se tourner vers le conseiller Patrick Morin, qui siège à ce comité, pour lui demander le nombre de rencontres effectuées par ce comité au cours de la dernière année. «Le comité lui-même s’est réuni, probablement une ou deux fois», a finalement laissé tomber M. Morin, précisant tout de même que ce sujet était discuté régulièrement par les membres du conseil municipal.

Visiblement insatisfait des réponses, M. Charron a ensuite tenté de revenir à la charge en évoquant certains autres engagements électoraux mis de l’avant par l’équipe de Mme Surprenant au cours de la campagne électorale, avant d’être interrompu par la mairesse. «Je ne commencerai pas à répondre, à chaque assemblée publique, aux questions que vous viendrez poser sur le programme électoral. Parce que tout le suivi de ce qui va se réaliser va être une information à la ville entière, à l’ensemble des citoyens, et non pas à quelqu’un qui sort d’une campagne électorale et qui veut continuer de faire de la politique dans l’enceinte publique citoyenne», a-t-elle déclaré.

M. Charron a aussitôt fait valoir qu’il ne faisait pas de politique, qu’il n’était ni chef ni même membre d’un parti politique. «Je suis un simple citoyen», a-t-il pointé.

Le tout a rapidement dégénéré, faisant place à une confrontation en bonne et due forme entre la mairesse et le citoyen. «Il y a des citoyens qui ne viennent plus aux séances parce qu’ils se sentent intimidés par vous», a lancé, à un moment, la mairesse. «Les citoyens sortent des séances malades, à cause de votre attitude», a argué à son tour le citoyen Charron.

Mme Surprenant a finalement clos la discussion en soulignant que son rôle de mairesse était de répondre à des questions dans l’intérêt collectif des citoyens et non pas à la pièce. Elle a aussi rappelé qu’elle et son conseil bénéficiaient de quatre ans pour réaliser leurs engagements électoraux.

Mentionnons que M. Charron, inscrit à titre de candidat indépendant à la mairie, lors du dernier scrutin, a récolté 895 voix, soit 10,57 % du suffrage exprimé.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top