- PUBLICITÉ -
Sainte-Thérèse: Christian Charron donne le ton

Christian Charron

Sainte-Thérèse: Christian Charron donne le ton

Christian Charron, candidat indépendant à la mairie de Sainte-Thérèse, vient de donner le ton à sa campagne électorale, d’abord en dénonçant la nomination d’Yvon Labrie à titre de candidat au poste de conseiller municipal dans le quartier De Sève, ensuite en soulevant des doutes quant à l’intégrité de ses adversaires politiques.

Dans un communiqué envoyé à nos bureaux, le 22 août dernier, M. Charron est revenu sur des faits qui se seraient produits en 2009, au moment des dernières élections municipales, alors qu’Yvon Labrie était candidat sous la bannière du Parti Vision Action Sainte-Thérèse, alors sous la gouverne d’Annick Hupperetz, avant de se retrouver brièvement, on se rappellera, sous celle de Christian Charron.

Or, M. Charron affirme qu’ «une des raisons qui m’a poussé à dissoudre l’ancien Parti Vision Action Sainte-Thérèse, ce sont les confidences que m’a faites personnellement M. Labrie à l’automne 2012. Ce dernier m’a confié que sa femme avait reçu un remboursement en argent comptant pour sa contribution politique au parti lors de l’année électorale de 2009. J’aimerais donc que M. Labrie s’explique aujourd’hui publiquement relativement à ce remboursement. Comment a-t-il pu accepter une telle chose, sachant très bien que c’était illégal? Comment peut-il considérer aujourd’hui qu’il mérite la confiance des électeurs après avoir entériné un tel geste?».

Rappelons qu’Yvon Labrie a quitté le parti Vision Action Sainte-Thérèse en janvier 2011, pour des «raisons personnelles». Le parti allait être dissout l’année suivante.

Plainte au DGE

Du même souffle, M. Charron déposait, le 22 août dernier, une plainte en lien avec ces allégations auprès du Directeur général des élections (DGE) du Québec. Vérification faite, il appert que M. Charron a bien communiqué avec le DGE, et que ce dernier va traiter ce dossier comme une plainte.

Mis au fait de la situation, le chef du Projet citoyen–Équipe Vincent Arseneau, parti qui a accueilli Yvon Labrie sous son aile en vue du scrutin de novembre, s’est dit extrêmement troublé. «Je prends ces allégations très au sérieux. C’est toute la crédibilité de mon parti et de mon équipe qui est en jeu», a-t-il laissé tomber.

M. Arseneau affirme n’avoir jamais été mis au courant de cette situation avant que M. Charron ne publie ces allégations sur les médias sociaux, vendredi dernier, et qu’une décision concernant l’avenir de M. Labrie au sein de son équipe sera prise «ultérieurement». Un point de presse devrait suivre cette semaine.

Par ailleurs, M. Charron a profité du même communiqué pour interpeller les deux autres candidats à la mairie, Marc Laporte et la mairesse sortante, Sylvie Surprenant: «Qui est derrière vos campagnes électorales? Qui est-ce qui vous aide dans l’objectif d’obtenir un retour si vous êtes élus? Quelles firmes d’avocats ou de communication avez-vous retenues pour vous aider dans vos campagnes électorales?».

Convaincu que son seul titre de candidat indépendant le met à l’abri de toute source d’influence et que voter indépendant, «c’est la meilleure façon de lutter contre la corruption», M. Charron assure que sa campagne sera financée à 100 % par lui-même et des membres de sa famille, sans aucun conseiller juridique, ni firme de communication. «Mon indépendance me permettra, si je me fais élire, de réaliser d’intéressantes économies pour la Ville car je n’aurai personne à remercier une fois élu.»

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section Concours

Concours La meilleur des aventures sucrée 2020
- PUBLICITÉ -
Top