- PUBLICITÉ -
Sainte-Thérèse, alliée contre la violence conjugale

Photo Geneviève Blais

Maryse Lachaine, directrice générale de la Maison d’accueil Le Mitan, Patricia Rocheleau, adjointe à la direction de la Maison Le Mitan, et Sylvie Surprenant, mairesse de Sainte-Thérèse.

Sainte-Thérèse, alliée contre la violence conjugale

Un geste apprécié au Mitan

La Ville de Sainte-Thérèse se positionne contre la violence conjugale. Elle a adopté une résolution en ce sens lors de la séance du conseil municipal tenue le 4 mars dernier. Un geste riche de significations, estime la directrice de la Maison d’accueil Le Mitan, Maryse Lachaine.

Même s’il existe un large consensus en faveur de l’égalité entre les sexes et malgré toute la sensibilisation qui est faite en ce sens, encore nombreuses sont les femmes victimes de violence conjugale qui hésitent à demander de l’aide. Parce qu’elles ont peur. Parce qu’elles doutent. Parce qu’elles ont honte.

Située à Sainte-Thérèse, la maison Le Mitan accueille ces femmes et leurs enfants depuis maintenant 39 ans, leur offrant un toit, un lieu sécurisant où elles peuvent prendre un temps d’arrêt et réfléchir à ce qui est le mieux pour elles et leurs petits. Ses services demeurent pourtant méconnus de la population.

- Publicité -

«En 2017-2018, nous avons accueilli 72 femmes et 53 enfants en hébergement. Sur ce, on dénombre 13 femmes et 8 enfants provenant de la MRC de Thérèse-De Blainville» , précise Mme Lachaine.

Dans ce contexte, la prise de position de la Ville de Sainte-Thérèse appert, pour l’organisme, une belle occasion de sensibiliser la population au fait qu’il existe, sur le territoire thérésien, une maison pour les victimes de violence conjugale. En plus de l’hébergement, Le Mitan offre divers services: consultations individuelles sur rendez-vous, relations d’aide téléphonique, accompagnement psychosocial, groupes externes, informations, références, etc.

Alliée contre la violence conjugale

En se proclamant «alliée contre la violence conjugale» , Sainte-Thérèse emboîte le pas au mouvement qui a été initié par le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale et auquel adhèrent pas moins de 390 municipalités.

«Notre municipalité a le désir d’offrir un milieu de vie inclusif, axé sur l’entraide et le respect mutuel, où les Thérésiennes et Thérésiens peuvent compter sur le soutien de leur communauté. Ainsi, j’espère que l’adoption de cette résolution contribuera, un tant soit peu, à faire avancer cette cause» , affirme la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant, tout en rappelant que la violence conjugale n’est pas propre à un groupe d’âge ou à un statut social.

Service téléphonique 2-1-1

Soulignons, par ailleurs, que la MRC de Thérèse-De Blainville dispose d’un guichet unique qui est voué au référencement vers les différentes ressources sociocommunautaires et publiques du territoire. Avec la ligne téléphonique 2-1-1, les citoyens obtiennent facilement et rapidement de l’information sur les services offerts dans la MRC, et ce, qu’ils aient des besoins en matière de transport, accompagnement, soutien aux familles, aide matérielle et alimentaire, logement abordable, etc. Le site [http://www.211qc.ca] peut aussi être consulté en tout temps.

Les victimes de violence conjugale et les personnes concernées par cette problématique ont aussi accès à la ligne SOS violence conjugale, 24 heures sur 24, sept jours sur sept, au 1 800 363-9010. Le service est gratuit, anonyme et confidentiel. Il est également possible de contacter l’équipe de la Maison d’accueil Le Mitan, au 450 435-3651.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Voyagez avec Vasco
- PUBLICITÉ -
Top