- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Sainte-Anne-des-Plaines vue par Jacques Lacoursière

Souper-bénéfice de Héritage Anneplainois

La chose était confirmée depuis quelque temps, c’est Jacques Lacoursière, auteur et historien québécois, qui agira à titre de conférencier lors du souper-bénéfice mis de l’avant par l’organisme Héritage Anneplainois, le samedi 16 avril prochain.

Les billets, au coût de 100 $ l’unité, sont disponibles auprès d’Yvon Charbonneau, président par intérim de l’organisme, au 450-478-0216, ou par courriel, à ych@live.ca.

La conférence animée par M. Lacoursière portera, tel que demandé, sur les origines et l’historique de Sainte-Anne-des-Plaines. Pour l’occasion, le Centre Jean-Guy-Cardinal se transformera en vaste salle à manger pouvant accueillir quelque 360 personnes. «Des tables de huit seront montées et le souper sera un repas quatre services», indique M. Charbonneau.

D’ici là, la phase I des travaux de rénovation sera amorcée, alors que l’appel d’offres concernant les plans et devis sera lancé au cours des prochaines semaines. «La première étape, c’est l’embauche d’un architecte», mentionne M. Charbonneau, une démarche qui sera suivie de près par le Conseil du patrimoine religieux du Québec afin que le caractère original de l’église soit préservé tout au long du processus.

Membership et assemblée générale annuelle

Par ailleurs, force est de constater que les membres d’Héritage Anneplainois, malgré l’ampleur de la tâche, refusent de baisser les bras.

Si les prochains mois détermineront l’avenir de l’église à Sainte-Anne-des-Plaines, les idées ne manquent pas pour tenter de trouver les fonds nécessaires à la restauration du bâtiment. Et malgré que les énergies soient actuellement canalisées sur le membership (175 personnes sont actuellement membres en règle de l’organisme) et l’organisation du souper-bénéfice, sachez que d’autres activités demeurent à venir au printemps.

«Nous ne pouvons rien dévoiler pour le moment, mais nous tiendrons une conférence de presse ce printemps pour annoncer ce qui s’en vient. Pour le moment, nous ne lâchons pas parce que nous voulons que ça réussisse», ajoute M. Charbonneau, convaincu que plus on parlera de l’avenir de l’église, plus les choses avanceront dans le sens espéré.

Enfin, mentionnons que l’organisme tiendra sa première assemblée annuelle générale au début du mois de mars. À ce moment, trois des six sièges seront en élections.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top