- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Sainte-Anne-des-Plaines reçoit un appui de taille

Requête d’accès à la Politique nationale de la ruralité

En janvier dernier, le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, au moment de déposer son plan d’action, avait ciblé quatre voies à suivre pour favoriser le développement de la ville. Il semble que l’une d’elles, soit l’accès à la Politique nationale de la ruralité (PNR), soit en train de se concrétiser.

C’est du moins ce qui ressort d’une lettre reçue la semaine dernière, par laquelle Solidarité rurale du Québec, l’organisme qui représente les communautés face au MAMROT (ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire), appuie la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines dans sa requête pour avoir accès à la PNR. «C’est une bien bonne nouvelle», a d’emblée commenté le maire.

De fait, dans la lettre signée par la présidente, Claire Bolduc, il est écrit: «Votre demande pour faire reconnaître votre municipalité à l’intérieur de la Politique nationale de la ruralité est non seulement légitime mais, à la lumière de ce que nous avons pu observer, elle mérite d’être appuyée.» Un peu plus loin, on peut également lire: «… nous soutenons sans réserve vos démarches pour qu’une modulation permette à votre municipalité d’être reconnue pour ce qu’elle est: soit une communauté à caractère rural, dans un environnement métropolitain fortement urbanisé, une municipalité dont les besoins sont différents avec une vision du développement ancré dans la réalité d’un territoire agricole et rural».

Voilà un appui de taille qui tombe à point pour la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines, étant donné que la PNR pourrait lui accorder un budget annuel estimé entre 150 000 $ et 225 000 $ pour la réalisation de projets ponctuels de développement, comme c’est présentement le cas pour bien des villes environnantes, telles que Mirabel, Sainte-Sophie et Saint-Lin–Laurentides. «La Politique nationale de la ruralité existe depuis plus de 10 ans et c’est la première fois que nous sommes si près d’y avoir accès. Ce serait un très beau cadeau pour notre 225e anniversaire l’an prochain», a conclu le maire.

Rappelons que les trois autres dossiers en cours concernent l’allégement du fardeau de la CMM (Communauté métropolitaine de Montréal), la prise en charge d’une partie des routes de la municipalité par le ministère des Transports et le projet d’exclusion de terres agricoles, ce dernier dossier étant toujours entre les mains de la CPTAQ (Commission de protection des terres agricoles du Québec). La rencontre de préorientation entre la CPTAQ et la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines est d’ailleurs prévue se tenir le 6 septembre prochain.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top