- PUBLICITÉ -
Sainte-Anne-des-Plaines: la grange Lauzon à la rescousse de la grange Chaumont

Construite en 1884, la grange-écurie des prêtres Chaumont a été citée à titre de monument historique par le gouvernement du Québec, il y a près de 25 ans, en raison de son état original et de sa localisation.

Sainte-Anne-des-Plaines: la grange Lauzon à la rescousse de la grange Chaumont

Une belle histoire de collaboration et d’entraide entre la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines et la famille de Richard et Mireille Lauzon est à l’origine de la restauration de la charpente de la grange Chaumont, avec une partie du bois d’origine de la grange Lauzon.

De fait, la grange Lauzon, située sur la 1re Avenue, près du boulevard Sainte-Anne, a été raccourcie de quelque 24 pieds au profit de la grange Chaumont. «Quand on a soulevé la grange Chaumont, l’état des soles était très dégradé, voire pourri. Il fallait trouver des pièces de rechange. Même si les Fermes Belvache et la Ferme Vachalê avaient offert gracieusement du bois, il en manquait encore. Pour y avoir pilé du foin quand j’étais jeune, je savais que la grange de Germain Lauzon avait une charpente magnifique. À ma connaissance, c’est la plus belle charpente de grange: c’est une véritable cathédrale», d’évoquer le maire Guy Charbonneau.

L’automne dernier, lors de l’exposition de photos anciennes, le maire a lancé l’idée à Richard Lauzon, propriétaire de cette ferme et membre du comité Histoire et Patrimoine, de prendre une partie du bois de sa grange pour restaurer la grange Chaumont. Quelques jours auront suffi à ce dernier pour en discuter avec sa conjointe, Mireille, et le reste de sa famille, et accepter de rendre disponible le bois en question. Le coût? Celui des travaux de menuiserie nécessaires à la remise en place et en état du pignon, seulement 24 pieds plus loin.

«Je lève mon chapeau bien haut devant Richard et Mireille ainsi que la famille Lauzon pour leur sens social et de partage avec la communauté anneplainoise. Bien sûr, il faut avoir un sens aigu du patrimoine pour ce faire», a tenu à souligner le maire.

Rappelons que la grange Chaumont, bâtiment cité à titre de monument historique par le gouvernement du Québec, a été déplacée d’environ deux mètres, en octobre dernier, principalement pour des raisons de sécurité. Une fois la sécurisation des lieux et du bâtiment assurée, reste maintenant sa restauration et sa préservation. Au final, l’usage du site demeurera à définir.

Élargissement de la 1re Avenue

Dans la foulée, mentionnons que la Ville a également acquis une partie de terrain qui permettra éventuellement d’élargir le chemin de la 1re Avenue d’environ 1,5 mètre. «Cette grange était tellement dans la rue que le cadastre de la rue faisait un cassé pour en faire le tour. Il faut se souvenir que la 1re Avenue du côté ouest était à l’origine un chemin de ferme qui menait aux deux fermes des familles Vezeau et Léveillé et qui ne débouchait nulle part», a rappelé le maire.

De fait, ce n’est qu’au début du siècle dernier qu’on en fit un rang (le Bras Sud) qui mène aujourd’hui à la montée Barrette. En raison de sa proximité à la rue, la grange subissait souvent des dommages causés par les chasse-neige, sans compter la future piste cyclable qui sera aménagée tout près. «Tout le monde y gagne: notre patrimoine bâti, les usagers de la route et les usagers de la piste cyclable. Et même la grange Lauzon qui a gardé son cachet tout en permettant de restaurer la grange Chaumont. Franchement, c’est une belle histoire de collaboration et d’entraide», a conclu le maire.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top