- PUBLICITÉ -
Sainte-Anne-des-Plaines: Guy Charbonneau souhaite poursuivre son travail

Le maire de Sainte-Anne-des-Plaines

Sainte-Anne-des-Plaines: Guy Charbonneau souhaite poursuivre son travail

Le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, s’est adressé aux médias, mardi dernier, quelques minutes avant l’assemblée municipale, afin d’officialiser son intention de se porter candidat à la mairie en vue des prochaines élections municipales.

Il s’agirait ainsi d’un second mandat pour celui qui a été élu pour la première fois en 2009. «J’ai le devoir et la volonté de terminer ce qui a été commencé», a-t-il déclaré.

Fruit d’une réflexion amorcée il y a quelques semaines en compagnie de ses proches, l’annonce de M. Charbonneau a été saluée par une poignée de citoyens présents dans la salle. Si, à première vue, l’annonce de M. Charbonneau, à huit mois du scrutin, peut sembler prématurée, elle a le mérite de mettre les choses au clair. «Vous connaissez Mme La Rumeur? Je voulais éviter qu’elle ne s’emballe», a-t-il imagé.

À ce stade-ci, aucune confirmation quant à l’équipe qui accompagnera M. Charbonneau lors de  la prochaine campagne électorale n’a été faite. «On n’est pas rendu là et je n’ai pas encore fait le tour de tout le monde», a-t-il simplement dit. M. Charbonneau a toutefois émis le souhait de voir davantage de jeunes et de femmes s’impliquer en politique municipale.

Quatre grands dossiers

Quatre grands dossiers demeurent toujours inscrits à l’agenda municipal. Bien qu’ils n’avancent pas au rythme souhaité, ces dossiers méritent tout de même, et plus encore, estime le maire, toute l’attention nécessaire. Après tout, a-t-il fait valoir, «la fertilité d’un sol peut prendre du temps à remonter».

En premier lieu, il s’agit de la demande d’exclusion de la zone agricole déposée auprès de la CPTAQ, en 2010 et dont les résultats de l’audience tenue en février dernier, bien qu’attendus ce printemps, ne permettront pas la tenue de nouveaux projets avant encore plusieurs mois.

Les autres dossiers concernent l’accès à la Politique nationale de la ruralité, la possibilité pour Sainte-Anne-des-Plaines de faire affaire avec la Sûreté du Québec (SQ) plutôt qu’avec le Service de police de Terrebonne, ce qui résulterait, selon les chiffres avancés, en une économie substantielle annuelle de près d’un million de dollars et enfin, la réfection et la responsabilité de la route 335 assumée par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

«Aucune instance ne peut prétendre ne pas connaître les besoins et intentions de notre municipalité. Depuis 2009, dans tout le Québec, le nom de Sainte-Anne-des-Plaines a résonné», a soutenu M. Charbonneau.

Invité à commenter le contexte actuel qui prévaut dans les municipalités du Québec et le lien de confiance à rebâtir avec les citoyens pour certaines d’entre elles, M. Charbonneau a répondu, sans équivoque: «La confiance, ça se bâtit tous les jours dans la rue et ça se mérite. En ce qui me concerne, je ne pense pas l’avoir jamais perdue.»

À l’heure actuelle, aucune autre candidature, ni opposition d’aucune forme, ne s’est manifestée en vue des prochaines élections municipales.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top