- PUBLICITÉ -
Rosemère investit dans le boisé

Photo Claude Desjardins

Le maire de Rosemère, Eric Westram.

Rosemère investit dans le boisé

Externat Sacré-Cœur

La Ville de Rosemère s’apprête à planter quelque 625 arbres et arbustes de 15 espèces différentes, afin d’enrichir le boisé de l’Externat Sacré-Cœur, sur une portion de terrain qui appartient à la municipalité.

On parle d’augmenter de moitié la superficie de ce boisé urbain, qui couvrira donc 3,74 hectares et que l’on dit exceptionnel puisqu’il abrite une érablière à Caryer cordiforme, c’est-à-dire un type de forêt qui se fait de plus en plus rare, notamment parce qu’elle ne représente que 1 % du couvert forestier québécois.

Incidemment, on y retrouve 47 arbres indigènes (érable à sucre, tilleul d’Amérique, hêtre à grandes feuilles, ostryer de Virginie et caryer cordiforme, notamment) et une flore de 1 600 arbustes, plantes herbacées et fougères.

Un geste pour la planète

«C’est l’un des écosystèmes les plus complexes en espèces végétales et animales de toute la province» , exprimait d’ailleurs le biologiste Michel Leboeuf, impliqué dans le projet, en compagnie de son collègue Réjean Dumas, tous deux résidants de Rosemère. Ceux-ci répondaient alors à une requête formulée par la conseillère municipale Marie-Hélène Fortin, qui leur demandait quelle pourrait être la contribution des villes dans le contexte mondial des changements climatiques.

En l’absence de cette dernière, sa collègue Stéphanie Nantel profitait d’un point de presse tenu à l’Externat Sacré-Cœur pour signaler la participation d’une trentaine de citoyens, guidés par les membres de la Société d’horticulture et d’écologie de Rosemère (SHER), qui procèderont à une première plantation, le samedi 8 juin. À la rentrée scolaire, ils seront imités par un groupe d’élèves de l’institution roseméroise.

«Il s’agit d’une occasion inouïe, pour ces jeunes, de vivre une expérience enrichissante sur le terrain, en lien avec la protection des milieux naturels» , s’est réjoui le maire de Rosemère, Eric Westram, ajoutant qu’il s’agissait là d’une forme d’engagement puisque ces jeunes seront invités à veiller de près à l’évolution de ce boisé.

Un cadre de vie agréable

La conseillère Nantel énumérait par ailleurs les multiples bienfaits des boisés urbains de ce genre, qui jouent un rôle de coupe-son et de dépolluant en augmentant la séquestration de carbone. «Les arbres colorent notre paysage, filtrent notre air, empêchent l’érosion du sol, diminuent les îlots de chaleur et nous procurent un cadre de vie agréable» , a-t-elle ajouté.

Pour la plantation du 8 juin, on était à compléter l’équipe des 30 citoyens et citoyennes qui pourront y prendre part. Si le cœur vous en dit, communiquez rapidement avec le Service des loisirs, au 450 621-3500, poste 7380.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top