- PUBLICITÉ -
Rosemère: InnovAction propose des façons différentes de communiquer

La chef d’InnovAction Rosemère

Rosemère: InnovAction propose des façons différentes de communiquer

L’Équipe InnovAction Rosemère propose d’utiliser un logiciel pour améliorer les communications avec les citoyens et d’augmenter à 14 heures par mois le temps alloué aux samedis du citoyen. Ces solutions permettront de réduire les critiques des Rosemérois qui se plaignent d’un manque d’écoute et de consultation à l’hôtel de ville, disent-ils.

«Notre vision est de voir une Rosemère qui prendra ses décisions avec ses citoyens et où les élus agiront avec transparence et intégrité, a expliqué la candidate au poste de mairesse et chef d’InnovAction, Mélissa Monk. Notre objectif est de revitaliser notre ville, tout en préservant son caractère unique.»

Selon la chef d’InnovAction, les citoyens seraient nombreux à se plaindre d’un manque de consultation et d’écoute de la part de l’administration en place, des critiques formulées principalement après le départ de l’ancienne mairesse, Hélène Daneault, il y a un peu plus d’une année, explique Mélissa Monk.

«Les gens aimaient beaucoup Mme Daneault. Elle était à l’écoute des citoyens, décrit la candidate à la mairie. Ce n’est plus le cas de l’équipe en place. Et, il ne faut pas oublier qu’il reste seulement deux personnes de l’ancienne équipe de la mairesse Daneault dans l’Équipe Leduc. Pour moi, c’est une nouvelle équipe qui se présente.»

Pour favoriser une plus grande communication avec les Rosemérois, l’Équipe InnovAction propose d’utiliser un logiciel qui permet, entre autres, de communiquer par secteur et selon le sujet avec les citoyens concernés, via un message courriel ou des appels téléphoniques. Les médias sociaux seront également mis à contribution, ajoute la candidate. «Il y a un manque de vitalité à Rosemère, actuellement», dit-elle.

Une mairesse disponible

Si elle est élue, le 3 novembre prochain, la chef d’InnovAction Rosemère se dit prête à investir le temps nécessaire que demande le poste de mairesse. Elle refuse toutefois de s’engager à dire si elle sera une mairesse à temps plein ou à temps partiel. C’est un faux débat, selon elle, puisque le poste de premier magistrat n’a jamais été pensé pour être occupé à temps plein à Rosemère, insiste Mélissa Monk.

«Pour moi, être mairesse veut dire être dédiée. Dédiée envers les engagements que nous avons communiqués aux citoyens, dédiée envers le bien-être de notre ville et ses citoyens, et dédiée aux responsabilités que vous pouvez m’octroyer, autant le matin, le jour, le soir et les fins de semaine, détaille-t-elle. La mairesse est une visionnaire qui est prête à consacrer les heures requises pour livrer ses engagements et sa vision.»

Critiquée concernant ses liens avec la communauté d’affaires de Rosemère, Mélissa Monk, sur un ton ironique, se dit flattée de savoir que ses adversaires aient trouvé «si peu de choses à lui reprocher.»

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top