- PUBLICITÉ -
Roland et Carole Cloutier: quand mère Nature est de notre bord!

Le kiosque de fruits et légumes de la Ferme Roland Cloutier est maintenant ouvert.

Roland et Carole Cloutier: quand mère Nature est de notre bord!

(NDLR) — Depuis l’arrivée du printemps, la Ferme Roland Cloutier, située dans la partie rurale de Saint-Eustache, a amorcé un nouveau cycle de production qui se poursuivra jusqu’au mois d’octobre prochain. Depuis la mi-avril, vous êtes invités, grâce à une série de reportages, à suivre Roland Cloutier et sa femme, Carole, afin de découvrir toutes les étapes qui les mèneront, selon le moment, à la récolte des fraises, tomates, maïs, courges et citrouilles que ceux-ci produisent.

Mère Nature peut parfois être implacable. Elle peut, le temps de quelques minutes, tout détruire sur son passage. Mais elle peut aussi se montrer fort généreuse, en contribuant à la récolte de fruits et légumes. Une récolte que tous pourront savourer localement avec grand plaisir, et qui contribuera, du coup, à la satisfaction du travail bien accompli pour ceux et celles qui y ont mis la main à la pâte. C’est ce qu’ont vécu Roland Cloutier et son épouse, Carole, producteurs maraîchers de Saint-Eustache, au cours des dernières semaines.

Car pour les deux producteurs eustachois, la récolte de la présente année, sans compter des années d’efforts, aurait pu être anéantie lorsque la tornade qui a sévèrement touché le secteur de Saint-Benoît, à Mirabel, est passée tout près de leur résidence du rang La Fresnière, à environ de deux à trois kilomètres. C’était le 25 mai dernier au soir, et cela n’a duré que cinq minutes, se remémorent Roland et Carole Cloutier, encore impressionnés par la sévérité de l’élément destructeur.

«Ça faisait peur. Le vent était tellement fort qu’on se demandait si la maison et les bâtiments allaient tenir. Puis, tout s’est calmé. Seulement deux épinettes ont été arrachées du sol. Le fait que plusieurs arbres entourent la maison et les principaux bâtiments nous a sûrement sauvés et permis d’éviter le pire. Ce sont des situations du genre qui montrent que l’homme ne maîtrise finalement pas grand-chose», de raconter le couple qui compatit bien évidemment avec les producteurs, des amis dans certains cas, qui ont été touchés par cette tornade.

En lieu et place, Roland et Carole Cloutier ont poursuivi les tâches à effectuer en prévision des récoltes à venir. Roland a ainsi complété la plantation des courges et citrouilles qui occupent l’équivalent de quatre hectares de terre, pendant que Carole a terminé l’aménagement du kiosque de fruits et légumes, établi tout à côté de la maison familiale. Aussi, le couple a procédé à sa toute première récolte de l’année, celle des fraises, permettant du coup l’ouverture du kiosque, le mardi 12 juin dernier, pour une 24e année d’exploitation.

«C’est toujours un grand plaisir de revoir nos clients et amis. Ce sont presque 80 % de nos clients qui reviennent au kiosque chaque année. Nous avons donc hâte de les voir et eux, de nous voir. Certains viennent à notre kiosque depuis 20 ans. Ils ont eu des enfants et des petits-enfants, qui sont devenus, eux aussi, nos clients», mentionne, en entrevue, le jour même de l’ouverture du kiosque, Carole Cloutier qui, chaque année, voit à tout redécorer et tout repeinturer. Puis, ces derniers jours, elle a commencé à cuisiner ses produits maison que sont tartes, gâteaux et confitures. Cette popote s’effectue à l’intérieur de la cuisinette que son mari lui a construite, à même le kiosque.

Pour le moment, seules les fraises mises à l’étalage ont été cultivées par la famille Cloutier. Le reste des fruits et légumes sont des produits du Québec, achetés au Marché central, à Montréal, où s’approvisionne régulièrement Roland Cloutier. Au fur et à mesure que les autres fruits et légumes seront récoltés sur place, comme les fèves, les tomates et le maïs, ils seront mis en vente. Aussi, la Ferme Roland Cloutier aura, chaque semaine, le samedi, de 8 h 30 à 13 h 30, son kiosque au Marché public du Vieux-Saint-Eustache.

Pour Roland et Carole Cloutier, les tâches à effectuer, comme c’est le cas depuis une quarantaine d’années, se succèdent donc sans grand problème. Disons surtout que mère Nature est, encore cette année, de leur bord! Et heureusement pour eux!

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top