- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Rentrée scolaire: quand la patience est de mise

Une rentrée scolaire, que l’on soit écolier ou pas, ne passe jamais inaperçue, ne serait‑ce qu’en termes de nombre de personnes impliquées.

Le 21 août dernier, 5 649 étudiants inscrits à l’enseignement régulier au collège Lionel-Groulx ont entamé leur session. À ce chiffre s’ajoutent les quelque 800 membres du personnel et 1 500 étudiants inscrits en Formation continue.

Une semaine plus tard, c’était au tour des 40 000 élèves inscrits dans les 56 écoles primaires, 13 écoles secondaires, 2 centres de formation générale et 4 centres de formation professionnelle de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) de retourner sur les bancs d’école.

Pour transporter les plus jeunes, 425 véhicules scolaires (autobus scolaires, minibus, berlines et autobus CITL) effectueront quotidiennement environ 830 parcours dans les 16 villes situées sur le territoire de la CSSMI, de Bois-des-Filion à Saint-Placide, un territoire qui couvre une superficie totale de 800 km2.

Pour les autres, il y a le vélo, le transport collectif et la voiture. «C’est comme ça à chaque année. Il y a plus de mouvements, de déplacements, de piétons et de voitures. Il faut être patient», résume Martin Charron, sergent à la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville, section prévention et relations communautaires.

Action conjointe

La rentrée scolaire, c’est aussi une histoire de collaboration et de responsabilité collective. D’abord entre la police et la CSSMI, qui s’unissent afin de sensibiliser la population à la sécurité de tous les élèves, jeunes et adultes, ainsi que les membres du personnel qui fréquentent les établissements scolaires. Durant cette période, la présence policière, en particulier celle de la police communautaire, est accrue aux abords des zones scolaires.

Une autre collaboration est de mise, celle qui existe entre la police et le Collège Lionel-Groulx. «Au fil des années, on a développé un solide partenariat avec la direction du Collège. On a des échanges sur une base régulière», indique le sergent Charron. Une collaboration qui s’avère essentielle pour gérer, entre autres, la congestion automobile occasionnée par le déplacement de ces milliers d’étudiants et le stationnement, particulièrement en périphérie du collège.

«Ce qui a grandement facilité notre travail, c’est le marquage des espaces de stationnement effectué par la Ville de Sainte-Thérèse, il y a quelques années, dans les rues situées aux abords du collège. Ce geste a complètement changé notre intervention et diminué le nombre de contraventions émises», remarque le sergent.

Aujourd’hui, la rentrée scolaire rime davantage avec tolérance et patience aux abords des écoles, mais aussi des traverses piétonnes. «Les premières semaines, on s’installe, c’est normal. On est plus tolérants», termine‑t‑il. Bonne rentrée!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top