- PUBLICITÉ -
Réforme du ministre Gaétan Barrette: l'Agence de santé prête à faire un virage

L'actuel président du conseil d'administration de l'Agence de santé et des services sociaux des Laurentides est Jean Poitras.

Réforme du ministre Gaétan Barrette: l’Agence de santé prête à faire un virage

L'Agence de santé et des services sociaux des Laurentides adhérera à la réforme des services de santé annoncée par le ministre Gaétan Barrette le 25 septembre dernier.

Le gouvernement libéral propose une profonde réorganisation du réseau de la santé qui toucherait la Régie régionale de santé et de services sociaux des Laurentides. «Moins de bureaucratie pour plus de soins», a promis le premier ministre Philippe Couillard.

«Nous adhérons à l’intention d’alléger le système et améliorer la fluidité des services, explique la porte-parole de l’Agence, Myriam Sabourin. Nous retenons qu’il y a une volonté de se recentrer vers les patients et nous allons travailler dans ce sens. Nous prendrons part de façon positive au virage annoncé.»

Le projet de loi no 10 du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, prévoit la création d’un centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) dans chacune des 18 régions ayant présentement une agence, comme c’est le cas dans les Laurentides. La réorganisation prévoit une fusion de l’Agence et des établissements de santé publique de la région.

Pour les Laurentides, la création d’un CISSS ferait en sorte qu’un seul établissement ferait la gestion des 12 établissements actuels, dont sept hôpitaux, trois centres de réadaptation (physique, mental et en toxicomanie), un centre jeunesse et un CHSLD (celui de Lachute).

Pas de perte de services

La réforme amorcée par le projet de loi no 10 ne changera rien dans l’immédiat pour ce qui est de l’offre de services aux patients dans les hôpitaux. «C’est la même chose pour les employés comme les infirmières, rien ne change. C’est au plan administratif que ça va changer», ajoute Myriam Sabourin.

Le projet de loi prévoit la dissolution de près de 200 conseils d’administration à travers le Québec. L’administration des établissements régionaux et suprarégionaux serait assumée par des membres nommés par le ministre de la Santé. Myriam Sabourin confirme que les actuels conseils d’administration des hôpitaux des Laurentides seraient appelés à disparaître.

En éliminant certains paliers administratifs, le gouvernement libéral espère faire des économies récurrentes de quelque 220 millions de dollars par année après la mise en œuvre de la réforme.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top