- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Quelque 143 espèces observées: impressionnante faune ailée au Parc du Domaine-Vert

Terrain de jeu des adeptes des activités de plein air comme le ski de fond et le vélo, le Parc du Domaine-Vert est aussi un site naturel accueillant une faune ailée d’une richesse inouïe pour la région des Basses-Laurentides.

Quelque 143 espèces d’oiseaux ont été observées dans ce vaste parc d’une superficie de plus de six kilomètres carrés. Ce nombre, qui comprend les espèces résidantes et en migration, est imposant, compte tenu que le Québec dénombre quelque 350 espèces d’oiseaux (excluant les espèces inusitées) sur l’ensemble de son territoire.

On peut donc affirmer que 40 % des espèces d’oiseaux de la province peuvent être vues au Parc du Domaine-Vert, ce qui en fait un endroit unique dans la région.

L’interdiction des petits et grands véhicules à moteur et la diversité des habitats naturels expliquent en bonne partie la popularité du parc auprès des oiseaux. Forêt de conifères, forêts mixtes, marais, sablières et anciennes terres agricoles composent notamment la scène globale de ce trésor naturel.

On y trouve plus précisément 11 milieux humides et une zone forestière aux multiples essences, comme le pin blanc, le sapin baumier, l’érable rouge et le peuplier faux-tremble, sans oublier la présence de plus de 225 plantes, dont des orchidées.

Quelque 90 espèces d’oiseaux ont choisi le parc pour y nicher. La gélinotte huppée, le héron vert, la bécasse d’Amérique, le grand-duc d’Amérique, le colibri à gorge rubis et le grand pic y élèvent leurs oisillons. Chez les passereaux, le troglodyte des forêts, le piranga écarlate et la grive des bois, entre autres espèces, y font leurs nids.

Du côté des parulines, quelque14 espèces y tissent leurs nids, dont la paruline des pins, une espèce sélective qui porte son nom, c’est-à-dire qu’elle niche uniquement dans les pinèdes. On peut aussi y contempler la paruline du Canada (notre photo de première page), laquelle a été déclarée «espèce préoccupante» par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

La grandeur du parc favorise les arrêts migratoires de plusieurs espèces, notamment des représentants de la famille des bruants et des grives. Au début du printemps, un pygargue à tête blanche, autre espèce au statut précaire, a aussi été repéré par Benoit Dorion, ornithologue amateur qui fréquente le site depuis plusieurs années.

L’inventaire du site a été fait dans le cadre du Plan de protection et de mise en valeur du Parc du Domaine-Vert, une vaste étude d’une durée de deux ans de la firme Horizon Multiressources, publiée à l’automne 2011. Une partie de ce rapport dresse un inventaire des espèces d’oiseaux, un relevé qui a été complété par M. Dorion, lequel participe au projet de l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec.

Cet inventaire a aussi permis de dénombrer le lièvre d’Amérique, le castor et 13 espèces de mammifères, 7 espèces d’amphibiens, 5 espèces de poissons et 3 espèces de reptiles. «Le Plan de protection et de mise en valeur nous a montré la richesse de la faune et de la flore du Parc», affirme Stéphane Legault, directeur général.

Pour information: 450-435-6510; courriel: info@domainevert.com; site Internet: [www.domainevert.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top