- PUBLICITÉ -
Rosemère, golf de Rosemère, Eric Westram, Rosemère Vert, Québec solidaire, Groulx.

Plusieurs citoyens souhaitent que 100% du site de l’ancien golf de Rosemère soit conservé. (Photo Antoine Meunier)

Québec solidaire entre dans la danse

Terrain de l’ancien golf de Rosemère

Un appui de taille s’ajoute au groupe Rosemère Vert qui souhaite conserver de 70 à 100 % du site de l’ancien club de golf de Rosemère. Québec solidaire a en effet annoncé, la semaine dernière, qu’elle fera de cet enjeu son cheval de bataille dans Groulx en vue des prochaines élections provinciales.

Il faut dire que cet enjeu s’inscrit parfaitement dans l’ADN de ce parti qui prône depuis ses tout débuts la conservation des espaces verts pour en faire des parcs, sentiers, etc.

«Alors que les élus semblent favoriser une destruction de 50 % de cet espace pour y construire des immeubles, les consultations publiques menées auprès des Rosemèrois semblent montrer une autre réalité», affirme Fabien Torres, porte-parole du parti dans la circonscription de Groulx, de laquelle fait évidemment partie la Ville de Rosemère.

Ce sont des membres de Rosemère vert, dont la porte-parole, Anne-Marie-Huard, présents à l’assemblée générale de Québec solidaire, en septembre, qui ont soulevé cet enjeu.

«Nous voulons voir de quelle façon, au niveau provincial, nous pouvons aider à cette mobilisation», d’ajouter Fabien Torres, rappelant que pour favoriser le verdissement du Québec, le parti qu’il représente a proposé en mai dernier que 1 % du budget d’infrastructures y soit automatiquement consacré.

«Les occasions de pouvoir redéfinir un aussi bel espace vert sont rares, de renchérir Fabien Torres. C’est pourquoi Québec-solidaire – Groulx invite la population à appuyer cette lutte avec un geste simple, celui de signer la pétition pour appuyer la protection et la restauration écologique du site de l’ancien golf de Rosemère

Prématuré

Lors de la plus récente séance du conseil municipal de Rosemère, le 15 octobre, le maire Éric Westram indiquait que les prochaines étapes consisteraient à approuver le Plan d’urbanisme et à le soumettre à la MRC Thérèse-De Blainville, ce qui est loin d’enchanter les membres de Rosemère Vert.

«Considérant que le Conseil municipal avance son intention de permettre la construction sur 50% du site en contrepartie d’une cession de 50% du même site à des fins de conservation, cette validation auprès des instances régionales apparaît prématurée», dit Anne-Marie Huard, stupéfaite de constater que la Ville ira de l’avant avec cette demande, et ce, dit-elle, «sachant très bien que la majorité de la population consultée souhaite la protection et la restauration écologique d’une superficie minimale de 70%, voire de la globalité du site de l’ancien golf».

Elle ajoute que plus de 570 citoyens de Rosemère (sur 3 807 signataires) ont signé la pétition réclamant la protection et la restauration écologique du site de l’ancien golf de Rosemère. Elle demande donc qu’une consultation publique spécifique sur l’avenir du site de l’ancien golf soit réalisée avant de prendre quelque décision.

«Cette consultation, dit-elle, permettrait au conseil et aux citoyens de définir conjointement la superficie du site qui pourrait faire l’objet d’une acquisition municipale à des fins de conservation et préciser sa délimitation sur le site, le cas échéant».

Rosemère Vert s’interroge par ailleurs sur les 120 M$ avancés par le maire Westram pour faire l’acquisition du terrain alors que selon leurs recherches, le terrain avait fait l’objet d’une transaction en 2017 pour la somme approximative de 19 M$.

«Si l’avenir du golf est primordial pour les Rosemèrois et que sa conservation est une priorité, ne devrions-nous pas nous battre pour défendre nos valeurs, nos aspirations et nos rêves collectifs dans l’intérêt des générations futures au lieu de craindre une défaite hypothétique auprès des tribunaux», conclut Anne-Marie Huard.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top