- PUBLICITÉ -
Quatre organismes récompensés: le Prix Mgr De Villiers

Mrg Pierre Morissette

Quatre organismes récompensés: le Prix Mgr De Villiers

Quatre organismes des Laurentides ont reçu le Prix Mgr DeVillers pour leur contribution remarquable envers les démunis: les Services communautaires de la paroisse de Saint-Eustache, Le Relais de Boisbriand, le Centre Marie-Ève de Saint-Eustache et Les Ressources communautaires Sophie de Wentworth-Nord.

C’est le 5 avril dernier que s’est déroulée, au Diocèse de Saint-Jérôme, la remise des prix de ce tout nouveau concours venant souligner l’apport humain de quatre organismes au sein de leur communauté. Chacun a reçu une bourse de 5 000 $.

«Bien que nous vivions dans une société de riches, nous savons que la pauvreté est bien présente chez nous», a tenu à faire remarquer Mgr Pierre Morissette, évêque de Saint-Jérôme, juste avant de remettre les prix.

Selon lui, le visage de la pauvreté s’est transformé au fil des ans et ce qui l’y mène est tributaire des nouvelles réalités, comme la consommation de drogues, la discrimination sociale et la perte de la foi, ce que Mgr Morissette nomme «la désespérance du non-sens.»

Pour lui, l’action et l’engagement dans le milieu constituent encore la meilleure façon d’aider ces démunis, d’où l’importance de supporter les organismes se dévouant à promouvoir l’entraide.

Or, il est connu que les organismes communautaires souffrent d’un manque de ressources financières. Le chèque remis à chacun des organismes lauréats leur permettra donc de mettre sur pied une activité participative ou prolongera la distribution de dons.

Ainsi, l’équipe du Relais, à Boisbriand, pourra tenir des activités de rencontre ponctuelles destinées aux gens habitant le secteur de l’église Notre-Dame-de-Fatima, question de briser la solitude qui sévit en milieu urbain.

Geneviève Pineault, l’agente de pastorale sociale à la paroisse de Saint-Eustache, se réjouit de cette aide d’appoint remise aux Services communautaires de la paroisse de Saint-Eustache. «Les besoins sont en hausse et les revenus à la baisse. Cet argent nous permettra de continuer à fournir de l’aide aux gens dans le besoin», affirme-t-elle.

Celle-ci souligne que pas moins de 215 ménages se présentent à toutes les semaines au dépannage alimentaire des églises Christ-Roi et Saint-Esprit, en plus d’une cinquantaine de personnes qui requiert leur aide sous une forme ou une autre.

Au Centre Marie-Ève, qui s’occupe des jeunes mamans des secteurs de Saint-Jérôme et de Sainte-Thérèse, en plus de celui de Saint-Eustache, la qualité des services offerts repose en grande partie sur le budget disponible et l’apport gouvernemental s’avère insuffisant. «Nous adoptons une approche humanitaire envers les jeunes mamans. Nous voulons leur apporter une meilleure qualité d’accueil. Plus d’argent nous le permettrait», assure Francine Doucette, la présidente du conseil d’administration du centre. Pour cette dernière, la bourse remise par le diocèse tombe à point.

Le concours du Diocèse lancé à la mémoire de Mgr Jacques DeVillers, prêtre diocésain, se poursuivra tous les ans, jusqu’en 2017.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top