- PUBLICITÉ -
Quartiers de Fontainebleau et de la Renaissance: présence marquée de chevreuils à Blainville

Les chevreuils habitent le paysage blainvillois de plus en plus.

Quartiers de Fontainebleau et de la Renaissance: présence marquée de chevreuils à Blainville

Alors que le printemps tarde à se pointer le bout du nez, le Service de police de Blainville a déjà répertorié quatre appels téléphoniques concernant la présence de chevreuils sur le territoire de la Ville depuis le début de l’année.

Les chevreuils ont été vus dans les quartiers de Fontainebleau (ravins) et de la Renaissance (Grand-Coteau), ainsi qu’à proximité de certaines voies de circulation (boulevard des Châteaux).

Un communiqué a été mis en ligne sur le site Web de la Ville et un comité de résolution de problèmes a été formé par le Service de police afin d’informer les gens de la situation et leur rappeler qu’il est interdit de nourrir les animaux sauvages. Parce que là semble se trouver la source du problème, estime le maire Richard Perreault.

«Selon notre compréhension, la présence des chevreuils s’explique par la nourriture donnée aux animaux. Nous avons contacté trois résidences pour personnes âgées. L’une d’entre elles nous a effectivement confirmé que des résidents donnaient de la nourriture aux chevreuils et les observaient pour se désennuyer», a‑t‑il indiqué lors de la séance municipale du 25 mars dernier. La présence des chevreuils dans ce secteur, dit‑il, un cas isolé l’automne dernier, semble prendre des proportions plus importantes.

Or, à la lumière des témoignages livrés par plusieurs citoyens durant la période de questions, il semble effectivement que le problème perdure aussi depuis quelques années déjà. Des plaintes à cet effet ont d’ailleurs, semble‑t‑il, été logées auprès des employés de la Ville par le passé. Chevreuils dans les cours privées, terrains abîmés, haies de cèdres ravagées, sans compter le danger de se retrouver face à l’animal en panique, sont autant de dommages causés par la présence de ces animaux en milieu résidentiel.

Quoi faire

Même si des citoyens ont avancé l’idée de traquer les animaux ou même de les chasser, la Ville préconise une méthode plus douce: stopper toute activité de nourrissage. De fait, selon le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP), de manière générale, la nourriture humaine ou celle des animaux domestiques est néfaste pour la santé des animaux sauvages. Qui plus est, dans ce cas‑ci, elle attire et enclave les chevreuils à proximité des résidences.

À ce chapitre, le maire a également rappelé que les contrevenants sont passibles d’amendes en vertu du règlement municipal sur les nuisances, qui interdit aux citoyens de laisser ou de déposer de la nourriture à l’extérieur au bénéfice des animaux sauvages. «À court terme, nous allons écrire aux citoyens du quartier de Fontainebleau, qui sont contigus à la forêt, pour les informer des choses à faire ou ne pas faire dans le contexte de la présence d’animaux sauvages dans le secteur», a‑t‑il ajouté.

Dans l’immédiat, dans le cas d’un animal captif, contactez un agent de la protection de la faune du MDDEFP, au 450‑569‑3113 ou au 1 800 463‑2191 (soir et week‑end). Si l’animal est décédé, contactez les Travaux publics de la Ville. Autrement, la personne à joindre à la Ville de Blainville est Éric Lépine, chef de la division Environnement, au 450‑434‑5254.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top