- PUBLICITÉ -
Prolongement de l’autoroute 19: «Un dossier mal attaché, à refaire correctement» —Sylvain Pagé, député responsable des Laurentides

Le déupté péquiste responsable de la région des Laurentides, Sylvain Pagé.

Prolongement de l’autoroute 19: «Un dossier mal attaché, à refaire correctement» —Sylvain Pagé, député responsable des Laurentides

La nouvelle est tombée comme une tonne de briques, en début de semaine: les travaux de prolongement de l’autoroute 19, entre les autoroutes 440 et 640 et jusqu’à Bois-des-Filion, sont reportés, encore une fois.

De passage à Saint-Jérôme, en compagnie des autres députés péquistes des Laurentides, jeudi dernier, Sylvain Pagé, député de Labelle et nouveau responsable de la région des Laurentides, a fait le point.

«Il n’est pas question pour nous de retarder le projet. Le problème, c’est que le dossier n’est pas attaché et qu’il a en plus été sous-évalué. Le pont n’est pas inclus, l’autoroute donne dans un entonnoir et les étapes environnementales n’ont pas été réglées», a-t-il plaidé.

Donc, impossible de débuter les travaux avant de compléter le dossier «correctement», ce qui pourrait prendre, au bas mot, encore plusieurs années. «C’est facile d’annoncer des projets», a-t-il laissé tomber.

Or, selon lui, l’engagement de l’ancien gouvernement Charest de débuter les travaux en 2014 et de les terminer en 2015, au coût de 320 millions de dollars, ne tient tout simplement pas la route. «Même si le Parti libéral avait remporté les dernières élections, il n’aurait pas été en mesure d’aller de l’avant avec un tel projet», a-t-il soutenu.

C’est donc un retour à la case départ que vient d’effectuer le gouvernement du Québec, alors que le nouveau ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, vient tout juste de mandater un équipe pour «réévaluer le plus rapidement possible l’ensemble du dossier», en tenant compte cette fois des lois et des impacts environnementaux.

Dans le meilleur des cas, on parle de débuter les travaux en 2015 pour les terminer en 2020, selon le nouvel échéancier qui prévoit des travaux pouvant s’échelonner sur une période de trois à cinq ans. Quant aux coûts associés aux travaux, ils ont été révisés à la hausse pour atteindre désormais les 400 millions de dollars.

Responsable des Laurentides

Par ailleurs, soulignons que c’est le 4 décembre dernier que Sylvain Pagé, député de Labelle, était nommé responsable de la région des Laurentides. Il succède ainsi à la ministre Nicole Léger, dont la nomination avait soulevé, rappelons-le, l’ire de nombreux élus et acteurs économiques de la région, qui n’ont depuis cessé de réclamer un député des Laurentides à ce poste.

Deux mois plus tard, il semble que la grogne ait eu raison de la décision de Pauline Marois. Or, si M. Pagé a hérité du titre de responsable de la région des Laurentides, il n’est pas pour autant devenu ministre, d’où cette seconde nomination, en simultané, au poste de président du caucus du gouvernement, un titre qui lui permet ainsi d’accéder d’office au conseil de ministres. M. Pagé prévoit être en mesure d’inaugurer son nouveau bureau, à Saint-Jérôme, sous peu.

Élu député de Labelle sous la bannière du Parti québécois, lors des élections partielles de 2001, M. Pagé a par la suite été réélu aux élections générales de 2003, 2007, 2008 et 2012.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top