- PUBLICITÉ -
Projets particuliers à la CSSMI: la facture du transport refilée aux parents

Les parents dont les enfants fréquentent un projet particulier de la CSSMI et qui demeurent à l’extérieur de l’aire de desserte devront assumer la facture du transport dès la prochaine année scolaire.

Projets particuliers à la CSSMI: la facture du transport refilée aux parents

Les parents d’élèves qui fréquentent un projet particulier à la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI), tel que sport-études, santé globale, programme d’éducation internationale, musical ou alternatif, risquent de recevoir une facture bonifiée de 150 $ (225 $ maximum, par famille), et ce, dès la prochaine rentrée scolaire.

C’est du moins ce que laisse entendre le projet révisé de la Politique du transport scolaire déposé par le conseil des commissaires, lors de la séance ordinaire du 26 février dernier. «Cette politique s’applique aux élèves qui fréquentent un projet particulier, qui utilisent le transport scolaire, mais qui demeurent à l’extérieur de l’aire de desserte», explique Line Gohier, directrice Organisation scolaire de la CSSMI.

L’élève, par exemple, qui demeure à Boisbriand, mais qui fréquente le projet santé globale à la polyvalente Sainte-Thérèse serait donc directement visé par cette mesure. «Présentement, nous devons ajouter des autobus pour ces élèves», pointe Mme Gohier.

Lettre aux parents

Dans une lettre datée du 1er mars et envoyée la semaine dernière à tous les parents concernés, on peut effectivement lire que: «Historiquement, la CSSMI a choisi de ne pas facturer le service de transport scolaire aux parents des élèves qui fréquentent ces projets particuliers, malgré le fait que la Loi sur l’instruction publique le permette. Les récentes compressions budgétaires imposées par le MELS aux commissions scolaires, de même que les orientations ministérielles pour accroître à nouveau celles-ci pour la prochaine année, amènent la CSSMI à adapter ses pratiques.»

On ajoute que l’orientation préconisée n’est pas d’abolir le service de transport scolaire, mais plutôt de demander à ces parents d’acquitter un montant fixé annuellement lors du processus budgétaire. «Le but n’est pas de faire de l’argent sur le dos des parents. Nous avons un manque à gagner. Et comme nous ne voulions pas toucher aux services aux élèves dans les écoles, nous avons opté pour cette mesure. Nous aurions aussi pu ne pas offrir le transport scolaire», précise-t-elle encore.

Adopté aux fins de consultation, le projet est présentement en consultation, jusqu’au 3 avril, auprès des conseils d’établissement, du Comité de parents et des instances syndicales. La décision finale des commissaires est prévue le 23 avril. Si la mesure est adoptée dans sa forme actuelle, elle touchera quelque 1 700 élèves du primaire et 4 000 du secondaire, selon les chiffres avancés par Jonathan Leggitt, régisseur en transport scolaire.

Pour lire l’intégral du projet Politique du transport scolaire, ainsi que la grille tarifaire proposée, tapez le [www.cssmi.qc.ca], puis cliquez sur <Transport scolaire>.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top