- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Projet de loi sur la carboneutralité: les Mères au front réclament des actions plus ambitieuses

Appelant le gouvernement fédéral à faire preuve de courage politique pour faire face aux changements climatiques, les Mères au front de Rosemère et des environs ont envoyé une lettre demandant au Comité permanent de l'environnement et du développement durable d’améliorer le projet de loi C-12 sur la carboneutralité et d’y apporter des amendements.

«Ce que nous demandons, c’est que les gouvernements placent l’expertise scientifique indépendante au cœur de leurs décisions lorsqu’ils adoptent de nouvelles cibles climatiques et qu’ils se basent sur les recommandations des chercheuses et chercheurs au moment d’élaborer des plans d’action et des mécanismes de suivi afin de surveiller les progrès du Canada», exprime Béatrice Loubier, représentante du groupe Mères au front – Rosemère et les environs.

«Il faut absolument favoriser une reddition de compte dans les cinq prochaines années, sans attendre 2030, afin d’assurer une action rapide et immédiate, et ainsi favoriser les changements et ajustements nécessaires rapidement pour faire face à la crise climatique, parce qu’elle représente une menace existentielle pour l’humanité et que le temps nous est compté», renchérit Marise Mathieu, mère et grand-mère impliquée dans ce mouvement citoyen.

Dans les prochaines semaines, les élus à la Chambre des communes débattront au sujet du projet de loi C-12, qu’on appelle aussi «Loi climat» ou «Loi sur la carboneutralité», d’où la démarche des Mères au front.

«Le gouvernement a la possibilité de faire avancer le processus de carboneutralité. Les solutions ne manquent pas. Ce qu’il faut maintenant, c’est la volonté politique et des cibles ambitieuses, juridiquement contraignantes et basées sur la science», soutient Jena Webb, scientifique du groupe Mères au front – Rosemère et les environs.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top